Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Afghanistan : espace aérien évité, des retards potentiels sur des vols vers l’Asie

Suite à l’arrivée des talibans, le régulateur aérien de l’Afghanistan conseille d’éviter l’ensemble de son espace aérien, désormais réservé aux avions militaires.

L’espace aérien afghan est laissé aux militaires et tous les vols civils sont invités à l’éviter, a annoncé lundi l’Autorité afghane de l’aviation civile (ACAA). Dans la foulée, Lufthansa, premier groupe aérien européen, ainsi qu’Air France ont annoncé éviter « jusqu’à nouvel ordre », le survol de l’Afghanistan. British Airways et Virgin Atlantic ont également indiqué qu’elles n’empruntaient plus l’espace aérien afghan ».

Dans une Notam (« notice to airmen » ou message aux navigants aériens), l’ACAA « conseille aux avions en transit de se dérouter ». « Tout transit dans l’espace aérien de Kaboul sera non contrôlé », ajoute-t-elle. Lufthansa a indiqué que « toutes les compagnies aériennes du groupe suspendent les survols de l’Afghanistan jusqu’à nouvel ordre », dans un communiqué transmis à l’AFP.

« Ces mesures visent à assurer la sécurité aérienne », a précisé le groupe allemand, qui détient les compagnies Swiss, Austrian Airlines, Brussel Airlines et Eurowings.

Des retards possibles vers l’Inde, la Thaïlande, le Vietnam

« En conséquence, le temps de trajet sur les vols à destination de l’Inde, entre autres, sera prolongé d’une heure au maximum », a précisé le groupe allemand. Pour Air France, l’évitement de l’Afghanistan conduit à un déroutement des vols à destination notamment de Bangkok, Ho Chi Minh-Ville, Dehli ou encore Singapour.

Les talibans ont repris Kaboul dimanche, poussant les ressortissants étrangers et de nombreux Afghans à tenter en catastrophe de quitter le pays. A l’aéroport Hamid Karzaï de Kaboul, où un pont aérien a été mis en place, l’envahissement des pistes par des Afghans affolés a provoqué l’annulation des vols commerciaux. Sur l’aéroport, une noria d’avions militaires, essentiellement américains, évacuait personnels diplomatiques et leurs employés locaux.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique