Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Bruxelles autorise le Portugal à sauver la TAP Air Portugal

La Commission européenne autorise un prêt de 462 millions d’euros du Portugal à la compagnie aérienne Transportes Aereos Portugueses (TAP).

Bruxelles a autorisé vendredi une aide de 462 millions d’euros de l’Etat du Portugal à la compagnie aérienne TAP, confrontée comme le reste du secteur à une chute historique de l’activité à cause de la pandémie.

« Cette mesure permettra au Portugal de compenser les dommages subis par TAP en conséquence directe des restrictions de déplacement que le Portugal et d’autres pays ont dû mettre en œuvre pour limiter la propagation du coronavirus », a déclaré Margrethe Vestager, commissaire européenne à la Concurrence, citée dans un communiqué. Cette aide exceptionnelle avait été notifiée à Bruxelles le 19 mars.

Plan de restructuration

La compagnie aérienne portugaise a par ailleurs été contrainte pour survivre de mettre en œuvre un rigoureux plan de restructuration qui prévoit des baisses de salaires, la suppression d’effectifs et la réduction de sa flotte. Ce plan a été soumis le 10 décembre dernier à la Commission européenne qui n’a pas encore rendu sa décision. « Nous sommes en train d’examiner, de manière distincte, le plan de restructuration de l’entreprise soumis par le Portugal. Nous continuons d’entretenir des contacts étroits et constructifs avec les autorités portugaises dans ce contexte », a expliqué Margrethe Vestager vendredi.

TAP, de loin la première compagnie aérienne basée dans le pays, est filiale d’une société holding contrôlée par l’État portugais qui détient aussi d’autres entreprises. La Commission européenne, qui surveille de très près les éventuelles distorsions à la concurrence qui peuvent résulter des aides d’Etat, a déjà validé de nombreuses aides aux compagnies aériennes depuis le début de la pandémie. Elle considère la crise comme un événement extraordinaire qui justifie de soutenir un secteur clé de l’économie.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique