Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

ADN Tourisme : un été meilleur que prévu en France, mais de vives inquiétudes sur l’automne

L’affluence des voyageurs français a permis de compenser, en partie, la chute des visiteurs étrangers en France, selon une nouvelle enquête.

ADN Tourisme, qui rassemble 1300 structures en France, a réalisé une vaste enquête pour prendre le pouls de l’été, à trois niveaux. L’organisme a interrogé ses adhérents*, en plus d’agréger des données de téléphonie mobile (du dispositif Flux Vision Tourisme) et d’une enquête partenariale de cinq Comités régionaux de tourisme.

« Après un printemps catastrophique et un mois de juin très décevant, la fréquentation touristique du cœur de saison a permis de rassurer les professionnels du tourisme », souligne un communiqué de presse. Grâce à la clientèle française, notamment de proximité, l’été se révèle « meilleur que prévu », est-il ajouté. A quelques exceptions près, la situation étant particulièrement « préoccupante » pour la Réunion, « où les indicateurs sont à la baisse ».

Selon les CRT, 53% des Français sont partis en vacances

D’après un sondage** effectué auprès de 1000 personnes du 21 au 26 août 2020, 53% des Français sont partis en juillet et en août, contre 71% en 2019. Et 94% des partants ont séjourné en France, ce qui a permis de compenser ce moindre taux de départ en vacances. « C’est pourquoi pour de nombreux territoires, la fréquentation française, sur le cœur de saison, est supérieure à 2019, poursuit le communiqué. Cette tendance est confirmée par l’échantillon de territoires analysés à partir de la téléphonie mobile : on note plus de 10% d’augmentation dans certaines destinations entre le 1er juillet et la mi-août avec une reprise très claire des nuitées de la clientèle française dès début juillet. »

Bien que les étrangers soient globalement en recul, la France dans son ensemble a attiré les ressortissants de certains pays voisins -Belges, Néerlandais, Suisses-, est-il ajouté. En revanche, les Italiens, les Espagnols, les Britanniques (impactés par les mesures de quarantaine au retour) et les Allemands sont venus en moins grands nombres. ADN Tourisme rappelle aussi l’absence totale des clientèles lointaines (américaine, asiatique, russe…).

Les locations de vacances plébiscitées

L’étude sur les intentions de départ menées par l’ensemble des 13 régions métropolitaines en juin révélait la volonté des Français de privilégier les hébergements les moins à risque, et notamment la location saisonnière. Cette appétence se confirme -poursuit l’enquête- dans de nombreux territoires. Les locations de vacances ont été plébiscitées en Occitanie, Normandie, Ardèche, Bourgogne-Franche-Comté, Bretagne, Pays de la Loire, Ile-de-France.

En revanche, la majorité des répondants annoncent une tendance plutôt à la baisse s’agissant de l’hôtellerie et des campings, avec en particulier selon plusieurs territoires une désaffection des emplacements nus. « Les campings ont sauvé les meubles, avec en moyenne 25 % d’activité en moins cet été », a récemment déclaré Nicolas Dayot, le président de la Fédération Nationale de l’Hôtellerie de Plein Air.

La saison estivale 2020 a aussi été marquée par un bon niveau de fréquentation pour les activités ludiques et sportives de plein air. Une tendance qui peut s’expliquer par un respect plus facile des gestes barrière dans ces activités, mais également par une météo favorable.

Autres points à retenir : des réservations d’ultra dernière minute, bien plus encore que les années précédentes, en raison de l’évolution sanitaire et des annonces -tant progressives que tardives- sur les possibilités de voyages des Français pour l’été. Alors que la fréquentation à la campagne (30% des séjours de la clientèle française) et à la montagne est annoncée majoritairement en hausse par les territoires, l’espace urbain serait lui en baisse.

Une fin d’année compliquée

Sur l’arrière-saison 2020, la majorité des répondants s’attendent à une fréquentation inférieure à 2019. Le maître mot de la rentrée reste l’incertitude. La faute au manque de visibilité concernant les réservations.

Les inquiétudes sont particulièrement fortes s’agissant des voyages de groupes et du tourisme d’affaires. Les tendances sont déjà « très mauvaises depuis le début de la crise », notamment à cause de l’interdiction des évènements de plus de 5000 personnes, prolongée jusqu’au 30 octobre.

« Les professionnels interrogés semblent dubitatifs sur la suite de la saison et restent attentifs à l’évolution de la situation sanitaire qui engendre, d’un jour à l’autre, de nouvelles mesures auxquelles il faut s’adapter très vite, à l’instar des dernières annonces du gouvernement allemand déconseillant les voyages à destination de l’Ile-de-France ou de Provence Alpes-Côte d’Azur », poursuit le communiqué.

* Participants à l’enquête : Agence de Développement Touristique de l’Ardèche, Agence du Tourisme de la Corse, ART Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté Tourisme, CRT Bretagne, CRT Centre-Val de Loire, CRT Île-de-France, CRT Normandie, CRT Occitanie, CRT Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ile de la Réunion Tourisme, OnlyLyon Tourisme & Congrès, Savoie Mont Blanc Tourisme, Solutions &Co, Agence régionale de développement économique des Pays de la Loire, Vichy Destinations.

**réalisée par le CRT Bretagne en partenariat avec les CRT Centre-Val de Loire, Normandie, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique