Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Remaniement : la chaise du Tourisme reste vide

| | | | par
Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, le 7 mai, les pros attendent toujours de savoir qui sera le grand patron du Tourisme.
Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, le 7 mai, les pros attendent toujours de savoir qui sera le grand patron du Tourisme.

Le secteur reste le grand absent du nouveau gouvernement, présenté hier. Les professionnels s’en inquiètent.

Ni ministre, ni secrétaire d’Etat. Après déjà plusieurs semaines dans l’expectative, les professionnels du tourisme pensaient être fixés sur le nom de leur nouvel interlocuteur, ce n’est finalement pas le cas. 

Présenté hier, l’organigramme du Gouvernement Philippe II ne précise pas pour le moment qui sera le grand patron du tourisme. Ce qui n’a pas manqué de faire réagir les professionnels du secteur, qui avaient déjà exprimé leurs inquiétudes début juin.

"Suite à l’annonce ce jour du nouveau gouvernement, le GNI regrette l’absence de nomination d’un ministre en charge du Tourisme et continue de plaider en faveur de la désignation d’une personnalité forte en charge de ce secteur, a indiqué le Groupement National des Indépendants de l’Hôtellerie et de la Restauration dans un communiqué. En effet, pour le GNI et en raison de la place qu’occupe ce secteur dans l’économie française et des perspectives qu’il offre pour l’avenir de la France, la désignation d’un interlocuteur dédié au Tourisme s’impose. Nous ne comprendrions pas que le gouvernement reste sourd à notre appel !"

Délégué interministériel ou secrétaire d'Etat ?

Sollicitée dans ce communiqué, la création d’un poste de délégué intérministériel dédié au secteur reste possible. Le projet avait déjà été évoqué pendant la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron. Interrogé en mai dernier, Germain Lelarge, un des représentants d’En Marche, indiquait qu’Emmanuel Macron souhaitait pour le tourisme "un interlocuteur fort, un délégué interministériel sous la tutelle du premier ministre, qui aurait une vue transversale et des compétences importantes" et qu’il serait plutôt  "issu du secteur privé".

Pour autant, le secteur ne reste pas orphelin. Le 24 mai dernier, il a été placé sous la tutelle de Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères. "Le ministre de l'Europe et des affaires étrangères est compétent pour définir et mettre en œuvre la politique du développement international de la France, notamment au titre du commerce extérieur et du tourisme", précisait alors le décret. Ajoutant que pour l’exercice de ses attributions en matière de tourisme Jean-Yves Le Drian disposait "de la Direction générale des entreprises", rattaché quant à elle à Bercy.

Florence Parly, de la SNCF aux armées

Sauf surprise, cette articulation ne devrait  pas être remise en cause. Suite à la présentation du nouveau gouvernement, plusieurs des nouveaux secrétaires d’Etat restent pour le moment sans affectation précise. Le futur patron du Tourisme pourrait aussi être parmi eux. C’est le cas notamment de Jean-Baptiste Lemoyne, nommé hier auprès de Jean-Yves Le Drian. Il faudra attendre les publications du Journal Officiel pour connaître le contenu précis des fonctions. 

En attendant, les professionnels du tourisme ne sont pas tout à fait absents du gouvernement… mais pas forcément à la place où on les attendait. L’ex-DG de SNCF Voyageurs, Florence Parly, devient ainsi ministre des Armées. Ancienne Directrice de la RATP, Elisabeth Borne conserve quant à elle son portefeuille au ministère des Transports, qui lui avait été confié lors de la composition du premier gouvernement.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer