Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

VRP de luxe

Nicolas Sarkozy serait-il devenu le nouveau VRP du tourisme ? Après sa nuit à l’hôtel Fouquet’s le soir de son élection, puis son escapade à Malte sur le yacht de son ami Vincent Bolloré, c’est en Egypte puis en Jordanie qu’il a mis le cap ces quinze derniers jours. Après tout, le président a lui aussi droit à des vacances… de luxe !

Dans le passé, François Mitterrand aimait se retirer à l’hôtel Old Cataract d’Assouan, quand Jacques Chirac préférait le Royal Palm de l’île Maurice. Sauf que cette fois-ci, un bataillon de journalistes témoigne des moindres pérégrinations de Nicolas Sarkozy, de son émerveillement pour la vallée des Rois ou le temple de Pétra!

Pas sûr toutefois que les deux pays en profitent, tant cette surexposition semble désormais énerver la majorité des Français. La petite histoire ne dit pas non plus si, à l’heure du Grenelle de l’environnement, le président a racheté ses émissions de carbone…

Trois courts séjours en huit mois, sans compter les vacances de l’été dernier aux Etats-Unis, voilà qui tranche avec la moyenne des Français, dont un sur trois ne part jamais en vacances, comme l’a rappelé dans ses voeux le secrétaire d’Etat au tourisme, Luc Chatel.

Sur le même sujet

La faute à un pouvoir d’achat en berne. Cela dit, tout est plus simple lorsque tout est gratuit ! Dans le passé, Lionel Jospin avait édicté des règles, exigeant des membres de son gouvernement qu’ils paient rubis sur ongle, et eux-mêmes, tout déplacement personnel.

Pour sa part, entre le jet privé mis à sa disposition, toujours par Vincent Bolloré, et les largesses des hôteliers, Nicolas Sarkozy a parfaitement appliqué sa promesse de rupture, et n’a pas mis souvent la main à la poche. A sa décharge, on reconnaîtra qu’il n’a pas coûté cher non plus au contribuable…

Reste que si notre président est devenu l’ambassadeur préféré du tourisme, il en est tout autre pour les agences de voyages, à qui il ne rapporte pas un sou. Cela dit, l’implant installé au ministère de l’Intérieur, et géré par Carlson Wagonlit Travel, est déjà bien occupé à réserver des milliers de sièges d’avion pour expulser de France les sans-papier.

S’il faut en plus qu’il s’occupe des vacances de Nicolas Sarkozy !

Thierry Beaurepère, rédacteur en chef

Réagir à cet article