Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Vols de nuit annulés : l’aéroport de Beauvais-Tillé réagit

Le Conseil d’Etat a donné raison à trois associations qui l’avaient saisi. L’autorisation de ces vols à l’aéroport de Beauvais est annulée.

Le 9 juillet dernier, le juge administratif a estimé que la dérogation permettant pendant trois ans à certains avions, principalement ceux de Ryanair, de se poser entre 23h et 5h sur les pistes de l’aéroport de Beauvais-Tillé, était une régression environnementale. L’arrêté de 2019 contribue en effet à affaiblir la lutte contre le bruit. Et ce alors que le droit de chacun de vivre dans un environnement sain a été élevé au rang de droit constitutionnel. L’aéroport de Beauvais est donc contraint de revenir à son couvre-feu initial de minuit à 5 heures.

Hier le Syndicat Mixte de l’Aéroport de Beauvais Tillé (SMABT) et la Société aéroportuaire de gestion et d’exploitation de Beauvais (Sageb) ont tenu à réagir. Conjointement, ils soulignent « les conséquences directes que cette décision fait peser sur la compétitivité et l’attractivité de l’aéroport de Beauvais ».

La décision rendue le 9 juillet par le Conseil d’Etat entraîne l’annulation de l’article 1er de l’arrêté qui permettait, dans des circonstances très exceptionnelles, indépendantes des compagnies aériennes et sous le contrôle de la DGAC, l’atterrissage après minuit des avions basés.

L’aéroport de Beauvais voulait éviter les déroutements

Selon eux, « ce dispositif construit en toute transparence pour protéger le plus grand nombre n’a donné lieu à aucune dérogation depuis l’arrêté du 26 décembre 2019. Ces dérogations avaient pour bus d’éviter le coût environnemental des déroutements des vols sur des aéroports situés à plus de 200 kilomètres et le rapatriement des passagers en autocars au cœur de la nuit ».

Ils craignent que dans un secteur très concurrentiel, cette décision fasse peser un risque sur la compétitivité et l’attractivité de l’aéroport de Beauvais, seul aéroport en France avec Orly à connaître un couvre-feu.

« Cette décision pénalise aussi l’écosystème de l’aéroport touché de plein fouet par les effets de la crise Covid. L’accueil d’avions basés a permis la création de nouvelles activités comme la restauration à bord, la maintenance aéronautique, le nettoyage à bord, l’ouverture d’un hôtel qui ont permis la création de nombreux emplois en plus des 60 membres d’équipages installés à Beauvais. » L’aéroport de Beauvais l’assure, il « continuera à travailler, à proposer des solutions alternatives constructives dans l’objectif assumé d’un développement économique respectueux de l’environnement ».

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique