Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Visit Europe veut rebondir avec une nouvelle gamme de voyages en immersion

La filiale française du voyagiste autrichien Travel Europe, très affecté par les conséquences de la pandémie, a profité de cette pause forcée pour développer un nouveau produit qui surfe sur les tendances actuelles.

Visit Europe, qui officie sur le marché hexagonal depuis une trentaine d’années, a conçu 13 « voyages en immersion » dans 11 destinations : Albanie, Autriche, Corse, Croatie, Ecosse, Hongrie, Italie, Madère, Pologne, Portugal, Tchéquie. Ces circuits – le savoir-faire historique de Visit Europe – sont ponctués de rencontres avec les habitants via des cours de cuisine, la visite d’une ferme, un safari photo accompagné ou encore une randonnée.

Hébergés dans des établissements de gamme supérieure (boutique-hôtel, etc…), les groupes, limités à 20 personnes, partageront des moments communs mais bénéficieront aussi de temps libre à destination pour personnaliser leur voyage (en réservant des excursions ou en visitant en autonomie par exemple). « Avec ces produits, nous espérons séduire une clientèle plus jeune, urbaine », confie Muriel Bougeard, responsable commercial de Visit Europe.

« Le groupe est tombé par terre à cause de la pandémie »

Le tour-opérateur souhaite également que cette nouvelle ligne de produits incarne son retour aux affaires sur le marché. Comme toute l’industrie, Visit Europe, et sa maison mère Travel Europe, basée en Autriche, a subi de plein fouet les conséquences découlant de la pandémie de Covid-19. En effet, après avoir enregistré un chiffre d’affaires de 120 millions d’euros en 2019, « le groupe est tombé par terre à cause de la pandémie », reconnaît Helmut Gschwentner, le président de Travel Europe/Visit Europe. Avec un chiffre d’affaires de 3,6 millions d’euros en 2020…

« En 2021, nous ferons quatre fois mieux : ce qui ne représente finalement que 14 ou 14,5 millions d’euros de chiffre d’affaires », précise le dirigeant. Comme de nombreux opérateurs de l’industrie, Travel Europe et ses filiales ont connu neuf premiers difficiles. « Et puis, depuis le mois d’août, l’activité est un peu repartie. Nous avons même affrété des vols charters à destination de Dubrovnik, en Croatie, et de Tirana, en Albanie ». L’automne s’est donc révélé positif, marquant un retour aux affaires attendu par les équipes du groupe.

D’autres nouveautés côté Production

Pour autant, Helmut Gschwentner reste prudent sur la fin d’année à venir. « Nous avons encore des doutes concernant la reprise de l’épidémie en Europe… ». Le lendemain de cette conférence de presse organisée à Vienne, en Autriche, le pays hôte annonçait d’ailleurs le reconfinement de sa population non-vaccinée à compter de ce lundi… D’ici à la fin de l’année, Travel Europe/Visit Europe programme notamment une quinzaine de réveillons en Europe. Des produits qui plaisent au marché français, et qui sont « déjà vendus à 75% » selon Julia Klingler, la directrice générale de Visit Europe.

Car, malgré le contexte sanitaire incertain, le voyagiste compte bien rebondir dès que possible. « On s’attend à une vraie reprise en 2022… même si on ne serait pas sur les mêmes chiffres qu’en 2019 », prévoit Helmut Gschwentner. Du côté de la production, les équipes du voyagiste n’ont pas chômé. Outre les voyages en immersion, le tour-opérateur rajoute la Norvège à son portefeuille de destinations, et ce dès cet hiver, avec un produit qui combine activités de neige (chien de traîneaux, trottinette des neiges, luges tirées par des chevaux, …) et découvertes culturelles (Oslo, Lillehammer). « Une façon de nous démarquer tout en surfant sur la tendance pour la Laponie ». Une destination vendue aux groupes (via Travel Europe) ou en GIR (via Visit Europe).

« Nos clients n’en peuvent plus d’être enfermés »

Visit Europe ne pouvait pas non plus manquer l’opportunité de l’Exposition universelle de Dubaï et propose 4 produits à Dubaï cet hiver, dont un réveillon. Pour l’été 2022, les deux marques du groupe voient aussi leurs productions renforcées par des nouveautés en Angleterre, l’élargissement des gammes « circuits entre solos » et « circuits en petits groupes », tandis que l’offre de séjours est élargie en Albanie, en Autriche, à Chypre, en Corse, en Croatie, au Monténégro, etc… De quoi séduire un marché qui semble avoir de l’appétit. « Nos clients n’en peuvent plus d’être enfermés et leur envie de voyager est très forte », estime Muriel Bougeard, qui constate également une hausse du panier moyen (d’environ 1 100 euros à 1 300 euros par personne) sur les ventes réalisées pendant l’automne.

Reste désormais la question de la situation sanitaire en Europe. « Nous avons résisté, mais il est temps que la crise se termine », conclut Helmut Gschwentner. En 2019, dernier exercice de référence avant la pandémie de Covid 19, le groupe a fait voyager 270 000 personnes, dont 168 000 Français.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique