Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Vintage Rides : Le voyage à moto, c’est un marché de 150 000 personnes

Alex Zurcher, fondateur du voyagiste créé en 2007, vise un million d’euros de chiffre d’affaires sur l’exercice en cours. Pour se développer, il compte proposer jusqu’à 15% de commission aux agences.

L'Echo Touristique : Comment est né Vintage Rides ?

Alex Zurcher : L’entreprise a été lancée en 2007. J'étais étudiant en Inde, et j'ai fait le tour du pays à moto. J'ai voulu proposer ce type de voyage et j'ai démarché les motards français. Depuis, je me suis associé à Shanti Travel, une agence établie en Inde. Nous bénéficions de leur savoir-faire, de leurs contacts sur place. En France, il y a une clientèle intéressée et qui a les moyens. D'après notre étude, c'est un marché de 150 00 personnes, uniquement pour les pilotes.

Quels types de voyage proposez-vous ?

Nous proposons des voyages en motos de caractère en Inde, au Népal, au Bouthan et en Mongolie, mais nous avons des prix très abordables, à partir de 790 euros pour 10 jours avec 3 nuits d'hôtel, une formation à la mécanique, le pick-up, le transport, et une moto à disposition. Ce que l'on vend le plus, c'est le Rajasthan en hôtel de charme avec un guide, à partir de 1090 euros pour 10 personnes. Notre philosophie, c'est vraiment de proposer des circuits authentiques avec des petites routes qui ne sont même pas sur les cartes.

Quels sont vos axes de développement ?

On se développe en Mongolie. On se réoriente aussi sur le réceptif, où nous avons une bonne notoriété. Nous avons par exemple ouvert un garage en Inde où nous vendons des pièces détachées et des motos. On pourrait aussi envisager de lancer d'autres concepts de voyages, mais toujours motorisés.

Etes-vous rentable ?

Nous avons réalisé 750 000 euros de chiffre d'affaires l’an dernier. Nous visons 300 clients et un million d'euros en 2012/2013. Nous étions à l'équilibre sur l'exercice 2011/2012. Nous investissons tout ce que nous gagnons. Ouvrir une filiale en Mongolie et y baser des motos, c'est 100 000 dollars ! Mais nous n'avons pas les mêmes coûts avec un staff indien.

Vous n’êtes pas installé en France ?

Nous sommes une agence de voyages indienne, mais nous avons toutes les garanties légales, l'équivalent de l'APST en Inde. Nous sommes en fait à la fois agence réceptive et TO. Nous avons réfléchi à créer une structure en France, cela coûte trop cher. Il faut bloquer 100 000 euros pour la garantie, et même sans salarié, nous avons calculé que c'était 10 000 euros de frais fixes.

Travaillez-vous avec les agences de voyages ?

Aujourd'hui, nous vendons principalement en direct. Pour toucher le grand public, on souhaite développer le B2B. Auparavant, nous avions quelques deals, avec des commissions, négociées autour de 8%. Mais aujourd’hui, on veut proposer jusqu'à 15% de commission en fonction des volumes.

www.vintagerides.com

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique