Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Vers plus de transparence

Alors que le gouvernement lance cette semaine une campagne nationale d’information sur les mesures proposées en faveur du pouvoir d’achat, l’industrie touristique n’est pas en reste sur cette épineuse question.
La flambée du prix du pétrole engendre une augmentation régulière des surcharges carburant qui n’est pas sans impacter le comportement d’achats des voyageurs, à l’heure même où les ventes d’été sont en retard par rapport à l’an dernier.

Dans ce contexte anxiogène, quelques voix se sont fait entendre chez les distributeurs, tels Selectour et Afat Voyages qui s’organisent pour répercuter en une seule fois l’ensemble des hausses connues à J-40 du départ.
Afat vient d’ailleurs de reprendre la parole sur ce thème au sujet de la baisse du dollar. En effet, selon son président Jean-Pierre Mas, la grande majorité des tour-opérateurs ne répercutent pas cette baisse sur les prestations concernées, prévue en cas de fluctuation des prix dans la plupart des contrats de vente.

Sur le même sujet

Quelles réponses doit-on attendre de la part des TO dont on peut évoquer le manque de transparence en la matière – avec des conditions particulières de ventes souvent sibyllines- et qui arguent de cette même clause de révision des prix pour répercuter les surcharges carburant ?
En attendant, Afat Voyages va inciter ses forces de ventes à ne pas diffuser les catalogues des TO ne respectant pas les dispositions sur les surcharges carburant et va communiquer auprès de sa clientèle par voie d’affichage sur la baisse du dollar.

Un beau coup marketing avec cette campagne qui s’inscrit en plein contexte de défense du pouvoir d’achat. Pas certain, en revanche, que l’on y gagne en compréhension, s’agissant des rapports entretenus entre les producteurs et leurs distributeurs.
Réflexions et démarches concertées seraient sans doute à mettre au compte d’une défense commune de l’activité, qui serait bienvenue dans ce contexte difficile.

Laurence ROUSSEAU
Directrice de la rédaction

Réagir à cet article