Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Une incroyable équipée sauvage

Sylvie Borel, directrice de l’agence Criv Voyages/Tourcom, à Clichy (92), a découvert l’Ouest américain en moto, de Los Angeles à Las Vegas.

Une fois les formalités accomplies et le choix des casques effectué, nous avons pris possession de nos onze Harley Davidson rutilantes avec, pour les connaisseurs, des Electra Glide, des Fat Boy, des Heritage Softail… Ne possédant pas le permis moto, je n’étais que passagère au cours de cet incroyable périple de quatre jours, entre Los Angeles et Las Vegas. Mais quelle belle aventure ! Un voyage exceptionnel de 1 600 kilo- mètres, organisé par le loueur de motos Eagle Rider, la compagnie United Airlines et les hôtels Best Western. Un bus fermait le ban, transportant nos bagages, ainsi qu’un deux-roues de secours.

Après un rapide tour de Los Angeles et de Santa Monica, la station balnéaire où nous avons passé la première nuit, cap sur Palm Springs, la cité du désert. Mais avant d’apprécier les petites routes de campagne, il nous a fallu rouler sur les gigantesques autoroutes à huit voire dix voies pour quitter la mégapole. La distance jusqu’à Palm Springs n’est pas trop longue, idéale pour s’habituer à nos bolides et aux limitations de vitesse à 80 km/h, même pour les motos ! Après une deuxième nuit de repos bien mérité, nous avons retrouvé nos machines pour une route sans fin qui semble couper en deux le désert et pénètre dans le Parc national de Joshua Tree. La vitesse, tombée ici à 16 km/h, permet aux passagers comme aux pilotes de profiter pleinement des paysages grandioses avec des montagnes désolées hérissées de drôles de cactus…

Sur la mythique route 66, une halte au Bagdad Café

Pour atteindre Las Vegas, notre équipée sauvage a ensuite récupéré un tronçon de la mythique route 66. L’occasion de nous arrêter pour boire une bière fraîche au Bagdad Café, rendu célèbre par le film éponyme. Mais l’impression d’avoir traversé l’écran de cinéma fut encore plus forte lorsque nous avons remonté en moto le Strip, le célèbre boulevard de Las Vegas, pour rejoindre l’hôtel Aladdin, digne des Mille et Une Nuits ! Nous nous somme faits dorloter au centre de balnéothérapie, dont le décor s’inspire des riads marocains. Le dîner avalé, nous avons ensuite assisté à une représentation de Mamma Mia, une délirante comédie musicale qui reprend les tubes du groupe Abba.

La soirée s’est poursuivie par une balade de casino en casino : le Caesar Palace, le New York-New York, le Paris, le Bellagio, le Venetian… C’est délestés de quelques dollars que nous avons terminé la nuit au Ghost Bar, l’endroit branché de Vegas. Perchée au 55e étage de l’hôtel Palms, sa terrasse vitrée offre une vue imprenable. Bonjour le vertige ! A moins que les cocktails Margarita y soient pour quelque chose ! En tout cas, le départ le lendemain matin à 6 heures fut difficile. Le froid nous a rapidement réveillés, car la route du retour grimpait à 2 500 mètres, à travers un col enneigé. Une boucle qui nous a rapidement ramenés sous le niveau de la mer à Death Valley. Ce site est impressionnant, avec ses paysages désertiques, ses rochers et ses dunes de sable qui changent de couleur sous le soleil. Le groupe s’est attardé à les contempler en improvisant un sympathique apéritif. Si bien qu’il nous a fallu récupérer l’autoroute pour rattraper notre retard et retrouver Los Angeles à la nuit tombée.

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%%%HORSTEXTE:4%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique