Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Tourisme fluvial : VNF accélère dans la transformation des moteurs

Voies navigables de France a doublé ses aides destinées au changement de motorisation des bateaux de location naviguant sur les différentes eaux françaises.

Voies navigables de France (VNF) veut aller plus vite vers l’objectif de décarbonation totale du tourisme fluvial, visé à l’horizon 2050.

Une enveloppe de 60 millions d’euros sur cinq ans

En effet, l’établissement public vient d’annoncer le doublement de ses aides en faveur du changement de motorisation des bateaux de location sillonnant fleuves et canaux de l’Hexagone. VNF a provisionné 60 millions d’euros sur cinq ans (2023-2027), contre 30 millions sur la période 2018-2022. Objectif : aider les loueurs de bateaux soit à acheter de nouveaux bateaux électriques, soit à changer les motorisations des bateaux déjà en circulation, pour passer du thermique à l’électrique. VNF tente aussi d’améliorer le maillage de bornes réparties le long des cours d’eau. 

Les tout premiers bateaux à moteur électrique sont en circulation, ainsi que d’autres à propulsion hybride, mais le gros de la flotte est encore à propulsion thermique, dans une branche qui cumule 1,4 milliard d’euros par an de retombées économiques. « Aujourd’hui, nous avons différentes pistes, mais personne n’a de solution miracle », souligne Aurélie Millot, directrice adjointe du développement au sein de VNF. « On en est au début, mais on a déjà un peu avancé, ça prend du temps, ça coûte de l’argent. »

Et en attendant que les moteurs électriques se démocratisent, un nouveau carburant biosourcé à base d’huile végétale est désormais utilisé, le HVO (huile végétale hydrotraitée), qui permet une réduction de près de 90% des émissions de gaz à effet de serre par rapport au gazole. 

130 000 passagers par an

« Le HVO permet de réduire l’empreinte carbone, c’est une première étape », estime Aurélie Millot. « Quand les loueurs le peuvent, ils électrifient, mais en attendant que tous les bateaux soient électriques, ils basculent vers le HVO », un carburant vert qui ne nécessite aucune modification du moteur.

En matière de location fluviale, quelque 1 600 bateaux habitables sont proposés à la location en France. Ils transportent 130 000 passagers par an, amateurs de balades tranquilles sur les milliers de kilomètres de fleuves, canaux ou rivières.

Des bateaux de moins de 15 mètres, pour une famille, qu’il est possible de piloter pour quelques jours sans permis. La France est la première destination touristique fluviale et le secteur compte quatre grands acteurs (Locaboat, Le Boat, Les Canalous et Nicols).

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique