Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Tourisme en Bretagne : un plan pour compenser les 800 millions d’euros de perte

Le comité régional du tourisme de Bretagne a conçu un plan de relance de 800 000 euros à disposition des professionnels du tourisme.

La semaine dernière, le Comité régional du tourisme (CRT) de Bretagne a tenu une réunion de son conseil d’administration sous la présidence d’Anne Gallo, vice-présidente de la Région Bretagne chargée du tourisme, du patrimoine et des voies navigables. Afin de réduire l’impact de la pandémie de Covid-19 sur le secteur, le CRT a validé une réorientation des actions et des moyens financiers et humains pour 2020. Ce plan de relance s’appuie sur quatre grands volets : le soutien financier aux entreprises du secteur, la création d’outils d’observation et de veille dédiés, un accompagnement spécifique sur l’évolution de l’offre (en tenant compte des enjeux sanitaires), un plan de communication/promotion déclinable sur 2020-2021. Avec pour cible prioritaire, cette année, les clientèles bretonnes et françaises.

Grâce à un soutien exceptionnel complémentaire de la Région Bretagne à hauteur de 300 000 euros et au redéploiement de différentes actions, le CRT mobilise un budget de 800 000 euros pour accompagner la mise en œuvre du plan de relance.

Un été très mal engagé

Dans une enquête évaluant les premiers effets de la crise du coronavirus sur le secteur du tourisme en Bretagne,11 500 professionnels ont été interrogés (hébergement, restauration, établissements culturels et de loisirs etc.). 3 000 ont répondu.

« Ces deux mois de confinement conduiront mécaniquement à une perte de près de 800 millions d’euros pour le secteur », prévoit le CRT. Neuf entreprises sur dix annoncent déjà une baisse de leur chiffre d’affaires supérieure à 50 %, pour le mois d’avril. Il faut savoir que sur une année, le tourisme génère en Bretagne, 6,6 milliards d’euros de consommation.

Les annulations de réservations se multiplient. Pour avril et mai, 60% des professionnels qui ont répondu annoncent plus de 75% d’annulations d’activités et séjours réservés. Pour juin, la proportion atteint déjà 40%.  Et sur juillet-août, les réservations sont inférieures aux années passées, selon 70% des acteurs.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique