Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TANA, DES HISTOIRES ET DES HOMMES

NULL

Antananarivo est une grande ville colorée qui peut paraître un peu anarchique. Mais en s’éloignant de quelques centaines de mètres à pied des sites historiques, on découvre une vie de village bien ordonnée et des métiers insoupçonnables. On y croise la fontainière, vieille femme seule et digne qui, dès l’aube, remplit des bidons bleus de 40 litres d’eau potable pour les habitants du quartier ; un futur homme d’affaires, pourvu de baskets Adidas, qui loue aux jeunes de ce terrain vague des boules de pétanque et une petite table de billard ; et aussi « les machines à laver de la capitale » : un collectif de femmes regroupées en association, qui profite de l’un des meilleurs lavoirs de Tana. « Il y a un toit pour s’abriter du soleil et elles ont fixé des règles : interdiction de parler des absentes, cela évite les commérages », explique notre guide. Il y a également ces petites filles assises dans l’herbe ou sur le bitume. « Mais je t’ai vue avec un ami, ma tante. Vous alliez chercher du riz au marché », raconte l’une d’elles en frappant des pierres l’une contre l’autre. Ce sont les échos du quartier, de la vie en famille, les sons entendus et les histoires imaginées. Les pierres sont autant de proches, qui parlent entre eux et s’usent jusqu’à l’âge adulte.

Mon conseil : Ecotanana propose des visites participatives et solidaires. Il s’agit de développer les revenus des artisans, des guides et des gérants de maisons d’hôtes et de soutenir des projets communautaires. www.ecotanana.net.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique