Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Sri Lanka : le Seto autorise à nouveau les départs

A la faveur d’un assouplissement des recommandations du Quai d’Orsay et d’une normalisation de la situation sur place, le syndicat des TO a levé ses restrictions pour les voyages au Sri Lanka.

C’est une nouvelle qui était attendue par les professionnels du tourisme au Sri Lanka, et les opérateurs français qui programment la destination : le Syndicat des entreprises du tour-operating (Seto), après s’être réuni avec les acteurs concernés, annonce que « les départs des voyages à forfait à partir du vendredi 7 juin 2019 sont à nouveau assurés par les tour-opérateurs selon les conditions commerciales en vigueur ».

En tenant compte des « remontées des réceptifs et observateurs sur place [qui] confirment une normalisation de la situation locale », et surtout après les modifications des recommandations sur les « sites officiels de conseils aux voyageurs de plusieurs pays européens, dont la France », le marché français peut donc se remettre en ordre de marche et préparer la prochaine haute saison au Sri Lanka, qui s’étend de décembre à avril. En effet, sur le page du Ministère des Affaires étrangères (MAE) dédiée aux conseils aux voyageurs, l’ensemble du pays est passé de l’orange au jaune. Le MAE rappelle qu’ « il convient d’être attentif aux consignes données par les forces de sécurité, de se soumettre aux contrôles et d’éviter les rassemblements politiques ou religieux sur l’ensemble du territoire ».

« Une très bonne nouvelle »

Sur place, la nouvelle est accueillie très positivement par les professionnels du tourisme. « Cette annonce du gouvernement français était prévue, mais c’est une très bonne nouvelle », témoigne Nihal Illeperuma, qui dirige le réceptif Visit Lanka, fournisseur de nombreux tour-opérateurs français depuis plus de 20 ans. « Certains de ceux qui travaillent dans le tourisme ont tout perdu. Pourtant, en 40 jours, notre gouvernement a réussi à contrôler la situation totalement, et le Sri Lanka a rassuré le monde. Aujourd’hui, le pays est totalement rouvert et prêt à recevoir les visiteurs français. »

Pour les TO français présents sur la destination, la nouvelle est aussi accueillie avec soulagement. « C’est une excellente nouvelle, rendue possible grâce au bon travail de coordination entre l’Ambassade du Sri Lanka, le MAE et le Seto », estime Guillaume Linton, le président directeur général d’Asia. « C’était la première étape. Il était hors de questions de reprendre les ventes tant que la carte du pays ne virait pas au jaune. Tout a été fait en confiance et en intelligence : le timing de l’annonce est pertinent, il va nous permettre de préparer au mieux la saison hivernale, et même de vendre quelques dernières minutes pour l’été et l’automne », poursuit Guillaume Linton.

Elaborer une stratégie de relance

Pour Guillaume Linton, très impliqué dans la promotion des destinations asiatiques, via la branche française de la Pacific Asia Travel Association (PATA) qu’il co-préside, « la deuxième étape consiste à élaborer une stratégie de relance de la destination, co-construite avec l’Ambassade du Sri Lanka et le Seto. Le marché français est l’une de leurs priorités, et d’importants moyens de promotions étaient déjà prévus avant les attentats. Il s’agit de retrouver la dynamique sur laquelle nous étions tous lancés ». D’autant plus que, selon lui, « les marchés européens et étrangers ne vont pas forcément se repositionner tout de suite. Cela sera donc le moment idéal pour découvrir le Sri Lanka ».

Hier, avant la mise à jour du Seto, Alain Capestan, le président directeur général de Comptoir des Voyages, espérait que « le MAE [allait] prochainement revoir sa recommandation », alors même que certains pays européens, comme l’Allemagne et la Suisse, ont déjà assoupli leurs restrictions. Regrettant « une demande en très forte baisse par rapport à la même période l’an dernier », Alain Capestan estimait que « l’activité ne [pourrait] reprendre un niveau normal tant que le site du MAE continuera de déconseiller le pays », alors même que les voyages sur place se déroulent sans aucune difficulté actuellement.

Le Sri Lanka, qui a accueilli 2,5 millions de touristes en 2018 – dont 106 446 Français (+7%) – s’attendait à voir sa fréquentation touristique baisser cette année de l’ordre de 30%, soit une perte de 1,5 milliard de dollars, suite aux attentats de Pâques.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique