Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

SNCF : un chiffre d’affaires 2021 équivalent à 2019

En 2021, la SNCF a redressé ses comptes et même gagné 890 millions d’euros grâce à la cession du loueur Ermewa.

Dans ces résultats, « je vois la solidité du groupe, sa capacité réelle à s’adapter et à rebondir », et ce « malgré les 10 milliards de coût en 2 ans » à cause de la crise, a expliqué le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, en introduction de l’annonce des résultats du groupe.

En effet, toujours affectée par la pandémie de Covid-19, l’entreprise ferroviaire a réussi à redresser ses comptes en 2021, réalisant même un bénéfice net de 890 millions d’euros grâce à la cession du loueur de wagons Ermewa. Sans ce produit exceptionnel, le groupe public aurait affiché une perte de 185 millions d’euros.

Geodis rattrape le TGV

La SNCF avait perdu 3 milliards d’euros en 2020 pour cause de pandémie et 801 millions en 2019 en raison de la grève contre la réforme des retraites et d’effets comptables défavorables. « Ça va mieux », a résumé le directeur financier Laurent Trevisani, insistant par exemple sur « la consommation de cash qui s’élève à 700 millions d’euros. Le chiffre a été divisé par 4 par rapport à 2019 et 2020 ».

En 2021, le chiffre d’affaires de la SNCF a progressé de 15% à 34,75 milliards d’euros, porté par l’impressionnante croissance du logisticien Geodis -qualifié par la direction de « second poumon économique du groupe »- et le rebond du trafic TGV au second semestre. Il n’est plus qu’à 1% de son niveau de 2019.

SNCF Voyageurs rebondit

« Geodis a rattrapé le TGV. Ces résultats sont encourageants, satisfaisants ». Le logisticien a augmenté de 8 points la part de son chiffre d’affaires (CA) dans le CA du groupe. Ce qui démontre, pour le PDG Jean-Pierre Farandou, « la pertinence de notre stratégie de diversification ».

Dans le détail, le chiffre d’affaires de SNCF Voyageurs -la compagnie qui fait rouler les trains, TGV, TER et banlieue parisienne- rebondit de 14% (à périmètre, norme comptable et taux de change constants) à 13,71 milliards d’euros et celui de Geodis (son entité logistique) s’envole de 28% à 10,91 milliards.

SNCF Voyageurs est encore 18% sous son niveau de 2019 avant la pandémie -année pourtant marquée par la grève-, tandis que Geodis a progressé de 33% en deux ans.

La rentabilité du groupe s’est relevée, même si elle est encore inférieure à son niveau de 2019. Mais elle a atteint ce niveau au second semestre, ce qui permet à la direction d’affirmer que la SNCF teindra ses engagements financiers, pris lors de la réforme ferroviaire de 2018.

Ermewa sauve l’année

Le directeur financier attribue ce redressement à « tous les efforts que l’on a continué à faire en 2021 », tant pour améliorer la performance et reconquérir les passagers que pour faire des économies en serrant les boulons et reportant certains investissements.

La cession du loueur de wagons Ermewa, pour 3,2 milliards d’euros, a permis finalement de terminer l’année dans le vert. Elle permet aussi de réduire la dette, passée dans l’année de 38,15 à 36,30 milliards d’euros. L’Etat ayant repris 10 milliards supplémentaires au 1er janvier, la SNCF a commencé 2022 avec une dette nette de 26,3 milliards d’euros, a remarqué Laurent Trevisani.

Pour cette année, le groupe parie sur la poursuite de son rebond, malgré les incertitudes dues à la crise sanitaire.

                                          Source : SNCF

A lire aussi :

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique