Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

SNCF et Lyria relancent les réservations à partir d’aujourd’hui pour cet été

La SNCF en a fait l’annonce peu après que le Premier ministre a annoncé que les Français pourront partir en vacances en France.

La SNCF va relancer ce vendredi les réservations des TGV et Intercités pour les vacances d’été, mais ne vendra qu’une place sur deux dans ses trains au moins jusqu’au 2 juin. « Vous pouvez réserver votre billet de train dès demain (ce vendredi) pour l’ensemble de la France et nous serons au rendez-vous », a déclaré Christophe Fanichet, le PDG de SNCF Voyageurs. Il faisait écho aux annonces du Premier ministre Edouard Philippe plus tôt dans la journée, annonçant que « les Français pourront partir en vacances en France au mois de juillet et au mois d’août » et « peuvent prendre leurs réservations ». Les billets seront échangeables ou remboursables sans frais, au cas où.

Edouard Philippe a en effet évoqué « de possibles restrictions très localisées » en fonction de l’évolution de l’épidémie de Covid-19. De fait, la SNCF avait ouvert ses réservations pour juillet et août le 10 mars, quelques jours avant le début du confinement. Mais elle a dû réduire fortement la voilure depuis –avec actuellement 35% des TGV et 25% des Intercités– et ne vend plus qu’un siège sur deux pour respecter les règles de distanciation. Elle envisage pour l’instant de faire circuler 100% des TGV et Intercités prévus cet été, sous réserve de restrictions gouvernementales.

Une affluence modérée

La compagnie continuera cependant, pour l’instant, de ne vendre qu’un billet sur deux dans ses trains. « Nous attendons le 2 juin pour connaître les nouvelles règles qui devront s’appliquer pour les conditions sanitaires de circulation dans les trains », a précisé Christophe Fanichet. « Aujourd’hui, les Français ont peu préparé leurs voyages. Il reste beaucoup, beaucoup de places », a-t-il souligné. La situation est selon la SNCF « maîtrisée », l’affluence étant restée très modérée depuis la fin du confinement lundi.

« Aujourd’hui, on est au rendez-vous du déconfinement progressif. Il faut qu’on réussisse ces trois semaines » jusqu’au 2 juin, a relevé Christophe Fanichet. La compagnie assure 60% du trafic normal des trains de banlieue d’Ile-de-France (Transilien) entre 06h et 22h, et 55% du trafic normal des TER, a-t-il relevé. L’objectif pour ces trains du quotidien est de remonter à trois quarts du trafic normal d’ici la fin mai et 100% « dans la 1ère quinzaine de juin », a-t-il dit. « La régulation de l’affluence pour pouvoir faire respecter les règles sanitaires est un deuxième défi pour nous, que nous avons à ce stade globalement réussi », s’est-il réjoui.

Une reprise sous haute surveillance

Cette reprise est « sous haute surveillance », a remarqué le PDG de SNCF Voyageurs. Un « PC Voyageurs » installé au Centre national des opérations ferroviaires (Cnof), à Paris, surveille depuis lundi la fréquentation des trains et des principales gares en temps réel. Il s’appuie notamment sur les relevés envoyés par des « sentinelles » sur les quais, les comptages automatiques des trains les plus modernes et le bornage des téléphones portables des voyageurs en gare, ce qui permet au besoin de mettre en place des filtrages dans certaines gares et de rajouter des trains supplémentaires. Ces données permettent aussi d’afficher l’affluence dans les trains prévue sur l’application SNCF, une innovation que la compagnie compte garder à l’avenir.

À la suite de l’allègement des mesures de lutte contre le coronavirus par les autorités françaises et suisses, la SNCF a également annoncé la reprise progressive du trafic ferroviaire de Lyria entre Paris et la Suisse. Toute personne circulant sur le territoire français doit se munir d’une attestation de déplacement dérogatoire et des documents d’identité nécessaires pour des contrôles de douane aux frontières. Depuis lundi 11 mai, un aller-retour quotidien est assuré entre Paris et Genève (deux liaisons par jour dès le 18 mai) et Paris et Bâle. L’entreprise franco-suisse se tient prête à augmenter son plan de transport en juin et pendant l’été, en fonction de l’évolution des directives gouvernementales.

A lire aussi : 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique