Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Smartrenting, start-up de l’année 2016

Les professionnels du tourisme l'ont plébiscitée lors d'un concours start-up, organisé par le Club Tourisme et Technologie, avec la complicité de L'Echo touristique.

 

Le Club Tourisme et Technologie (CTT) a organisé la 4e édition de son concours start-up vendredi 9 septembre. Les cinq jeunes pousses en lice avaient, chacune, 8 minutes pour convaincre les membres de l'association, tous décideurs de l’e-tourisme. A l’issue des différents pitchs et d’un jeu de questions-réponses, les membres du jury ont accordé leurs faveurs à Smartrenting, qui a ainsi gagné une dotation de 2 500 euros.

D’une expérience vécue

Thibault, l’un de ses fondateurs, connaît l’art du storytelling. "Durant ma dernière année de licence, je suis parti en stage à Brighton pendant 3 mois, raconte-t-il dans le dossier de candidature du concours start-up 2016. Ne voulant pas perdre mon logement, dans lequel je me sentais bien, j’ai décidé de sous-louer mon appartement pendant mon absence avec l’accord du propriétaire. Pour cela, j’ai dû donner le double des clefs à mes amis, mes voisins et mes parents (…). A mon retour, j’ai eu envie de simplifier la vie des étudiants dans la même situation que moi, en payant leur loyer pendant la durée de leur absence".

Un concept inédit

Ainsi est né Smartrenting, une start-up française spécialisée dans la gestion locative, montée avec deux autres étudiants titulaires d’un Master (en management, en comptabilité/contrôle audit, et en sport). La jeune pousse garantit le versement intégral du loyer des locataires qui confient leur appartement pour une durée supérieure à un mois. Le tout, dans le respect de loi (avec un montant de loyer identique) et l’accord du propriétaire. Smartrenting met ensuite en location le bien, sur des plates-formes comme Airbnb, Booking et HomeAway. Sa marge provient du différentiel entre le montant des revenus ainsi générés et les loyers au mois. Son cœur de cible ? Les 55% d’étudiants parisiens (au nombre de 200 000) qui louent un logement, et doivent s’absenter pour un stage ou des vacances, par exemple. Pour l’instant en plein démarrage, la jeune pousse, qui serait la seule agence spécialisée dans la sous-location, gère environ 30 appartements, avec un système d'assurance.

Cinq finalistes en lice

Les quatre autres finalistes qui ont pitché défendaient également des concepts intéressants : le spécialiste de la gestion de clés pour des hébergements CtoC At the Corner, le comparateur de location de vacances entre particuliers Likibu, celui de location de bateaux Beboats, et l’Airbnb du camping Gamping. Les jeunes pousses ont pour beaucoup puisé leur modèle économique dans l’économie collaborative, pour s’inscrire dans l’air du temps. Des start-up qui avaient elles aussi désigné, entre elles et pour le fun, Smartrenting juste avant de connaître les délibérations du jury…

Les cinq équipes de start-upers.