Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ryanair va bientôt fermer sa base de Bordeaux

Il y a un mois, l’aéroport de Bordeaux semblait serein lors de sa négociation avec Ryanair. Son optimiste vient d’être douché par la low cost.

Ryanair a annoncé ce mardi 14 mai qu’elle fermera sa base bordelaise en novembre. « Une perte d’investissement de 300 millions de dollars américains » selon la low cost irlandaise. Cette décision fait suite à l’échec des négociations avec l’aéroport sur l’extension des services low-cost de Ryanair, à partir de novembre 2024.

« En raison de l’augmentation des coûts à Bordeaux à partir de novembre 2024, Ryanair déplacera ses 3 avions basés à Bordeaux vers des aéroports moins coûteux ailleurs en Europe, ce qui entraînera la perte de 40 lignes Ryanair au départ et à destination de Bordeaux, et la perte de plus de 90 emplois pour les pilotes, le personnel de cabine et les ingénieurs basés à Bordeaux » regrette la compagnie irlandaise.

Tous les pilotes et personnels de cabine de Ryanair basés à Bordeaux (actuellement employés par Malta Air) ont été informés aujourd’hui de la fermeture de la base. 

L’aéroport de Bordeaux était pourtant optimiste

« Cet été, nous ouvrirons cinq nouvelles bases aériennes à Copenhague, Dubrovnik, Reggio Calabre, Tanger et Trieste, a déclaré Jason McGuinness, le directeur commercial de Ryanair. Tous ces aéroports offrent des incitations encourageant la croissance des compagnies low-cost, alors que nous ne sommes pas en mesure de convenir d’incitations similaires avec l’aéroport de Bordeaux. La perte de Bordeaux sera un gain pour d’autres aéroports à travers l’Europe, et nous avons déjà entamé des discussions avec nos pilotes, personnel navigant et ingénieurs basés à Bordeaux pour leur offrir des postes similaires dans d’autres bases attrayantes de Ryanair à travers l’Europe à partir de novembre 2024. »

« L’aéroport veut doubler nos tarifs, et nous ne voulons pas payer pour cela », avait déclaré le patron de Ryanair à l’AFP, il y a un mois. Pour sa défense, l’aéroport de Bordeaux avait démenti les affirmations de Michael O’Leary, affirmant que ses informations faisant état d’un « doublement » des redevances aéroportuaires étaient « complètement erronées ».

Confiant, l’aéroport avait alors déclaré dans un communiqué : « [Nous] regrettons que Ryanair ait informé ses salariés, sans concertation préalable avec l’aéroport de Bordeaux, de la possibilité de fermer sa base. Il est également regrettable que Ryanair et ses dirigeants se permettent de faire des déclarations publiques totalement erronées concernant le niveau des redevances à l’aéroport. En dépit de la nervosité actuelle de Ryanair, l’aéroport de Bordeaux reste serein sur le fait que Ryanair ne mettra pas un terme à un partenariat de 14 années sans égard à ses obligations contractuelles et à un traitement approprié de ses employés et de ses sous-traitants. » Il semble que l’infrastructure bordelaise ait été un peu trop sereine….

A lire aussi :

 

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique