Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Royal Air Maroc veut rester confiante

Malgré une baisse globale de son trafic de 26,7% par rapport à mars 2001, la compagnie marocaine prévoit toujours cet été une croissance de 20% de sa capacité en régulier et de 25% en affrètements.

Alors que tout le transport aérien est de plus en plus secoué par les répercussions du conflit en Irak, Royal Air Maroc affiche un optimisme résolu. « Chaque année, nous augmentons de 20% nos capacités vers la France en moyenne et pour l’instant, nous n’avons pas révisé nos plans », explique Abderrafih Zouiten, directeur général France de RAM. « Jusqu’en février, notre niveau d’activité était très bon. Pour le mois de mars, le trafic entre la France est en recul de 10 à 11%».  

Ram a déjà mis en ligne un troisième quotidien entre Paris-Marrakech. Elle a par ailleurs lancé en février une liaison vers Marrakech au départ de Marseille et a fait de même au départ de Lyon depuis le 30 mars. Ces deux lignes sont opérées deux fois par semaine et passeront à quatre hebdomadaires cet été. Par ailleurs, la ligne Paris-Agadir, exploitée actuellement huit fois par semaine, passera en biquotidien cet été. Vers Fès, Royal Air Maroc qui opère depuis Paris trois vols hebdomadaires depuis novembre montera à un quotidien en saison estivale. « Nous n’avons pour l’instant eu aucune modification de programme pour le secteur charter, qui représente 40% de notre activité », poursuit Abderrafih Zouiten, qui veut croire à un maintien de la demande française vers le Maroc. « Pour la clientèle française, le Maroc est devenu une destination « résidence secondaire » notamment, grâce à la mode des riyad. La destination, éloignée des zones de conflit, reste très sûre ».

Malgré les inévitables effets indirects de la guerre en Irak et l’arrivée de nouveaux opérateurs sur la desserte marocaine comme Morocco Airways, Royal Air Maroc reste confiante et prévoit malgré tout une progression de 15% de son chiffre d’affaires en 2003.  

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire