Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Rodolphe Bonnemie : « Dans cinq ans, l’Arabie Saoudite sera une destination incontournable »

Le directeur général de l’Office de tourisme d’Arabie Saoudite, installé depuis la rentrée à Paris, nous explique comment la destination veut séduire le marché français.

L’Echo touristique : L’Office de tourisme d’Arabie Saoudite vient d’ouvrir un bureau à Paris. Quelles sont vos ambitions ?

Rodolphe Bonnemie : Nous avons ouvert un bureau à Paris et un à Amsterdam à la mi-août, pour couvrir la France et le Benelux. Cette double initiative s’inscrit dans la stratégie globale d’ouverture de la destination au tourisme de loisirs. L’Office de tourisme d’Arabie Saoudite dispose de 22 bureaux à travers le monde. Cela illustre bien la volonté très ambitieuse du pays de s’ouvrir au monde. L’Arabie Saoudite a toujours été un pays caché, mystérieux. Mais qui veut désormais se dévoiler. Et aller bien au-delà des clichés que l’on pourrait avoir sur la destination, des images de désert infini. L’Arabie Saoudite et sa population ont beaucoup à offrir. C’est ce que nous allons expliquer au marché français.

Comment réagit e marché français ?

Rodolphe Bonnemie : Nous sommes une destination pionnière, il faut être clair. Mais nous ne nous attendions pas à un tel enthousiasme. C’est une destination totalement nouvelle, où tout peut nous surprendre. Nous travaillons déjà avec des tour-opérateurs spécialistes des voyages culturels : Clio, Intermèdes, Voyageurs du Monde… – parce que les atouts culturels et historiques de l’Arabie Saoudite sont une force majeure pour son tourisme. Mais la destination a d’autres choses à offrir, et s’adresse à une audience plus large. Nous discutons avec certains voyagistes incontournables du marché français, comme Kuoni ou TUI France, pour voir comment l’offre aventure, sport, balnéaire… peut correspondre au marché français. Nous discutons aussi avec les principaux réseaux de distribution, car elle sera un élément clé de notre stratégie. Et l’ensemble de ces partenaires nous semblent très enthousiastes.

L’Arabie Saoudite n’a pas toujours bonne réputation… Est-ce un frein pour percer sur le marché français ?

Rodolphe Bonnemie : Cette ouverture au tourisme de loisirs incarne justement cette volonté de transformation de l’Arabie Saoudite. Notre mission, c’est d’arriver à passer outre les clichés et les a priori sur le pays. Nous devons changer les perceptions. Nous comprenons que certaines choses puissent être un frein. Mais nous devons nous montrer créatifs et innovants pour surprendre, et pour montrer ce que sera l’Arabie Saoudite dans le futur. C’est aussi la réalité d’une population : le Royaume compte 32 millions d’habitants, dont 70% ont moins de 40 ans. La très grande majorité de cette population n’a jamais voyagé, et ne rêve que de rencontrer le monde, de parler avec des étrangers. Chacun doit faire abstraction des clichés pour que l’ouverture de l’Arabie Saoudite soit concrète. Et elle l’est déjà puisque la destination est d’ores et déjà ouverte au tourisme international.

C’est le site d’AlUla qui a servi de rampe de lancement à la stratégie touristique de la destination…

Rodolphe Bonnemie : Oui, parce qu’AlUla est un site extraordinaire. Comme je l’ai dit précédemment, l’aspect culturel, historique et patrimoniale de l’Arabie Saoudite est l’un de ses points forts. Mais ça n’est pas le seul. Des villes comme Djeddah ou Riyad, par exemple, méritent d’être visitées. Elles sont en pleine transformation. Et les variétés de paysages qu’offre le pays permettent de vivre tout type d’expérience. C’est d’ailleurs la chance de ce pays, d’un point de vue touristique : il peut couvrir de nombreux segments de marché. Par exemple, les 1 700 kilomètres de côtes de la Mer Rouge sont totalement inexploitées… jusqu’à aujourd’hui. Leurs beautés et leurs richesses attirent toutes les grandes chaînes hôtelières mondiales. Et, surtout, elles offrent des possibilités multiples. Par exemple, lorsque l’on séjourne à Djeddah, on peut passer une journée sur une île littéralement déserte, avec des fonds marins parmi les plus incroyables du monde, et entourés de dauphins. Et revenir dormir le soir à Djeddah. C’est ce genre d’expériences qui feront que l’Arabie Saoudite sera, d’ici cinq ans, une destination incontournable pour le marché français. J’en suis certain.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique