Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

République tchèque : retour aux sources

Avec plus de 3,8 millions de visiteurs en 2009, Prague, « la capitale magique de l’Europe », éclipse le reste du pays, notamment la Bohême de l’Ouest et ses villes d’eau, encore peu programmées par les TO.

Le charme de Prague, la « ville aux 100 clochers », opère toujours, malgré une légère baisse de fréquentation amorcée depuis quatre ans. « La République tchèque a été longtemps la première destination de l’Est pour les touristes occidentaux. Cette baisse doit être interprétée comme une stabilisation après des années de croissance ininterrompue », observe Lenka Petrzilovka, directrice de l’Office national tchèque du tourisme à Paris. Le marché français, qui ne fournit que 3 % des entrées touristiques dans le pays (près de 220 000 visiteurs en 2009) n’a pas échappé à la tendance générale. Mais les chiffres repartent à la hausse, la fréquentation des Français progressant de 11,2 % au premier trimestre 2010. Avec plus de 600 hôtels, une excellente desserte aérienne assurée par des compagnies régulières et plusieurs low cost, Prague est surtout devenue très accessible grâce à Internet. De nombreux hôtels 4*, ouverts pendant la crise, proposent des tarifs particulièrement attractifs, relayés sur les sites de voyages. Une offre de city-breaks qui concurrence largement celle des tour-opérateurs mais à laquelle Italowcost, fidèle à son modèle, a décidé de s’attaquer. Le TO, qui s’est lancé sur la destination le 1er avril, propose des packages vols (sur CSA) + 3 ou 4 nuits à partir de 319 E. Même en circuit, chez les TO spécialistes ou généralistes, la capitale reste incontournable, le plus souvent combinée avec la Bohême du Sud. La partie ouest est en revanche négligée, considérée comme moins « authentique » car très marquée par le puissant voisin allemand. Pourtant, la région ne manque pas d’atouts, entre collines boisées, châteaux perchés et villes thermales très populaires au XIXe siècle. Aujourd’hui, elles sont plébiscitées par les seniors, un marché en pleine expansion.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique