Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Relance des Antilles : Tourinter se défend d’avoir « fait un coup »

Le TO a annoncé mardi renoncer à participer à la campagne de ventes de forfaits à prix cassés vers les Antilles sur internet promue par les ministères du Tourisme et de l’Outremer et Maison de la France. Une décision qui montre les difficultés d’une relan

 

« Les bras m’en tombent ». Thierry Baudier avoue ne pas comprendre pourquoi Tourinter a refusé de participer à la campagne de ventes en ligne de forfaits à 549 €, destinée à soutenir la relance du tourisme aux Antilles. L’opération, élaborée par les ministères du Tourisme et de l’Outremer et Maison de la France, s’appuie sur un portail internet, accessible du 5 au 15 mai à l’adresse www.partirauxcaraibes.com, qui donnera accès aux sites de réservation des tour-opérateurs proposant ces packages à prix cassés.

Dans un communiqué publié mardi, Tourinter se justifie en estimant, d’une part, que les « autorités demandent aux TO de vendre en direct […], excluant de ce fait les agences », d’autre part, qu’il est impossible de « vendre des produits de qualité à moins de 550 € avec moins de 200 € pour la partie terrestre » et, enfin, que ce plan de relance a été « monté « à la va-vite » et est « basé sur des produits exclusivement d’entrée de gamme ».

Contacté hier, Christophe Perot, le directeur général de Tourinter a confirmé que l’objectif imposé aux TO par Maison de la France était « de vendre à 100% en ligne ». Thierry Baudier, directeur de Maison de la France, parle d’incompréhension. « Il y a toute la place pour les agences, d’ailleurs ces offres seront accessibles via les GDS », affirme-t-il.

Christophe Perot revient également sur la question du prix du package proposé : « des hôteliers antillais m’ont averti que certains de mes confrères leur avaient proposé 11 € par personne et par nuit, avec petit déjeuner. Ce ne sont pas des pratiques décentes. » « D’autres TO sont également opposés à cette opération de relance », poursuit-il, s’appuyant sur un message qu’Yves Jégo lui a fait parvenir hier, dans lequel le ministre de l’Outremer s’étonne que « certains TO soient aussi enthousiastes et d’autres aussi opposés » à cette campagne.