Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Réaménager sa boutique

Une relance marketing et commerciale passe par la rénovation du lieu de contact avec sa clientèle, c’est-à-dire l’agence de voyages. Les clients doivent y être attirés et s’y sentir bien.

Fini les agences glauques à moquettes vieillottes et tapisseries à fleurs ! La crise est une occasion de remettre à plat son marketing en pensant à l’attractivité de sa boutique. Un nouvel agencement peut redynamiser une image dans laquelle les clients retrouveront leurs désirs. Un effet miroir possible, à condition de coller aux segments de clientèle visés. Pour repenser un ensemble harmonieux, lisible et scénarisé, un coup de peinture, quelques astuces de déco ou un bric-à-brac d’objets ne suffisent pas et peuvent avoir un effet négatif. D’où l’intérêt de s’appuyer sur un coach, un architecte commercial ou un designer. « La vision extérieure est une première question à se poser, souligne Virginie Romens, coach en décoration. Il faut penser à la fois aux peintures, à la propreté, à une vitrine travaillée à l’année, sans se contenter du kitsch facile : palmiers et sable l’été, skis l’hiver. »

UN SALON D’ATTENTE EST ENVISAGEABLE

Dès l’entrée, le client doit se sentir pris en charge sans être incommodé par des bruits de fax ou de téléphone, ni relégué sur une chaise dans un coin encombré de vieilles revues. Un salon d’attente, qui préserve intimité et bien-être est envisageable même dans une petite surface, délimitée par des couleurs aux murs ou au sol, des sièges agréables… La clientèle doit se sentir cocoonée, pas dans une vitrine ou un bocal à poissons. Les postes de travail doivent être intimisés car personne n’aime afficher son budget. Par exemple avec des semi-cloisons mobiles de bois flottés ou un voilage accroché à une tringle cintrée. Oublions les néons glacials et les lustres poussiéreux, pour des éclairages intimistes à leds noyés dans le plafond et jouant avec les lumières naturelles. Le choix des couleurs est essentiel, car trop fortes ou typées, elles peuvent déranger. Selon Virginie Romens, il faut les penser en trois niveaux : à 60 % en teintes neutres pour toutes clientèles en toutes saisons (type beige, taupe ou gris clair) sur les murs, à 30 % pour refléter son image de marque (pan de mur, chaises…), à 10 % pour s’adapter aux saisons (affiches…). Les moquettes et parquets stratifiés bruyants sont passés de mode. Place aux matières comme le bolon, silencieux et facile d’entretien. La gamme de mobilier, comme la musique d’ambiance doivent être en harmonie avec la clientèle, et il faut penser à un point de végétal vrai qui apporte la vie. Partout il faut accorder ergonomie, fonctionnalité, fluidité, qualité, beauté, luminosité.

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire