Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Pour l’Ectaa, il est urgent de réformer la directive européenne sur les voyages à forfait

L’application effective des droits des voyageurs exige une législation plus cohérente, selon l’Association européenne des agents de voyages et des voyagistes.

En 2021, la Commission européenne a annoncé qu’elle envisageait une éventuelle révision de la directive sur les voyages à forfait. Dans cette optique, l’Association européenne des agents de voyage et des voyagistes (Ectaa) a formulé des propositions. Aujourd’hui, dans un communiqué, l’organisme publie sa position sur le sujet.

La crise sanitaire a « mis en évidence les lacunes des législations européennes existantes régissant la vente de services de voyage et de transport », explique-t-il dans un communiqué de presse. « Pendant la pandémie de Covid-19, les organisateurs de voyages à forfait et les distributeurs n’ont pas pu rembourser leurs clients (…) en raison de leur incapacité à récupérer les sommes versées par les voyageurs auprès des prestataires de services, et plus particulièrement auprès des compagnies aériennes. Cette situation a été préjudiciable pour l’ensemble de la chaîne de valeur, en particulier pour les voyageurs utilisant une agence de voyages ou à un tour-opérateur. Il est urgent de renforcer les droits des voyageurs dans des domaines qui ne sont pas encore abordés par la directive. »

Deux priorités

L’Ectaa identifie deux priorités. Premièrement, il faut selon elle aligner la réglementation sur les droits des passagers aériens sur celles de la directive.

Deuxièmement, il lui paraît important de légiférer sur les relations B2B, surtout en cas d’aléas. Avec, sans doute, un système d’amendes en cas de non-respect de la réglementation. Lors de la crise, plusieurs compagnies aériennes ont bafoué les droits des passagers en refusant de rembourser les voyageurs.

L’Ectaa invite donc Bruxelles à réviser la directive en ce sens. Elle l’appelle aussi à instaurer une protection contre l’insolvabilité des compagnies aériennes. L’idée étant de permettre à terme de rembourser rapidement les clients.

La protection des voyageurs ne peut s’améliorer « que si l’ensemble de l’écosystème fonctionne de manière harmonisée, souligne Pawel Niewiadomski, président de l’Ectaa. C’est pourquoi la protection des passagers aériens et les relations B2B doivent être conformes aux normes des voyages à forfait. »

A lire aussi :

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique