Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Malgré des pertes colossales, TUI Group améliore sa trésorerie

Le groupe basé à Hanovre a récemment publié les résultats correspondant au neuf premiers mois de son exercice annuel.

Un indicateur central reste alarmant : la perte globale du groupe sur les neuf premiers mois de l’exercice, établie à 2,4 milliards d’euros, contre 2,3 milliards d’euros sur la même période un an plus tôt. Néanmoins, Fritz Joussen, le PDG de TUI Group, rassure en expliquant que la société « avait le temps » de retrouver des couleurs suite à des négociations avec ses différents créanciers concernant la trésorerie.

La trésorerie, c’est d’ailleurs l’une des satisfactions du trimestre écoulé. En effet, et pour la première fois depuis la pandémie, TUI Group a généré des flux de trésorerie positifs (320 millions d’euros entre avril et juin) grâce à la reprise des réservations dans certains marchés clés comme l’Allemagne. Une reprise concrète lorsqu’on s’intéresse au chiffre d’affaires trimestriel du groupe, qui plafonne à 650 millions d’euros, contre… 72 millions d’euros par rapport à l’année dernière.

8 000 emplois menacés dans le monde

« Les affaires reprennent », poursuit Fritz Joussen. Le groupe annonce que 4,2 millions de réservations sont prévues entre juillet et septembre, contre près de 9 millions de clients chaque été avant l’irruption de la pandémie de Covid-19. La perte d’EBIT a également a été divisée par deux, passant de -1 456 millions d’euros au troisième trimestre 2020 à -748 millions d’euros au cours de la même période en 2021.

Reste désormais pour le groupe à attendre les résultats estivaux définitifs, marqué par le retour de la clientèle britannique, et à poursuivre sa transformation, à grand coup de suppression d’effectifs. En effet, près de 8 000 emplois – soit 10% de son effectif global – devraient être supprimés dans les mois et années à venir, tandis qu’une partie de la flotte de TUIfly sera cédée.

En France, le voyagiste a acté la suppression de 583 postes sur le 904 que compte sa filiale hexagonale. Mais la situation est loin d’être définitive…

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique