Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Plus Belle l’Europe en colère envers Travel Europe

Frédéric de Fournoux, le patron du TO placé en redressement judiciaire, juge « scandaleuse » la prise de position du voyagiste autrichien.

Placé en redressement judiciaire, Plus Belle l’Europe a commenté, par la voix de son PDG Frédéric de Fournoux, les récentes déclarations de Travel Europe dans la presse professionnelle. « Aucun des associés ou dirigeants de Plus Belle l’Europe (SAS Voyages Plaisirs) n’a jamais été contacté, approché ni n’a débuté le moindre pourparler de reprise avec son concurrent Travel Europe ni ses actionnaires, MM. Anton et Helmut Gschwentner, que ce soit avant ou après le redressement judiciaire », tient à préciser le dirigeant dans un communiqué.

« Travel Europe n’a jamais été interrogée ni n’a étudié le moindre dossier de reprise de notre entreprise », poursuit Frédéric de Fournoux. Selon lui, cette « information trompeuse […] n’a pour but que de permettre à Travel Europe de faire à bon compte la promotion de son propre « modèle » économique et de son offre de voyages, pour tenter de capter la clientèle de Plus Belle l’Europe ». Le PDG estime que Travel Europe, « sans bourse délier et par des moyens déloyaux », tente de « détourner » tout ou partie de la clientèle de Plus Belle l’Europe, « qui [nous] est fort heureusement restée fidèle malgré les difficultés ».

10,6 millions d’euros de CA en 2017

« Plus Belle L’Europe, ses salariés, clients et partenaires continuent et continueront à travailler et sont d’ores et déjà en discussion avec des repreneurs sérieux qui assureront la poursuite d’activité », conclut Frédéric de Fournoux, sans doute désireux de travailler à la transmission de l’entreprise dans des conditions plus sereines.

Pour rappel, Plus Belle l’Europe a été placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Nanterre le 11 février. Les candidats à la reprise du TO, qui a réalisé 10,6 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017, ont un mois et demi, à partir de cette date, pour se faire connaître auprès du greffe du tribunal de commerce.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique