Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Philippe Maud’hui, directeur de l’ingénieurie et du développement d’atout FRANCE : « Les missions à l’étranger nous rapportent 200 000 € par an »

Atout France vient d'être choisie pour mener une mission d'accompagnement au développement du tourisme en Haïti. Peu rémunérateurs pour l'agence, ces contrats d'ingénierie sont en revanche censés servir les intérêts des entreprises françaises.

L'Écho touristique : À l'image de celui que l'agence va mener à Haïti, les contrats d'Atout France à l'étranger sont-ils fréquents ?

Philippe Maud'hui : Nous en lançons deux ou trois par an en moyenne, dont certains peuvent durer plusieurs années, comme c'est d'ailleurs le cas en Haïti où nous avons été engagés pour trois ans. Mais ces contrats font depuis très longtemps partie du champ d'action de l'agence. Il est d'ailleurs précisé dans nos statuts qu'une des missions d'Atout France est d'exporter à l'étranger les savoir-faire français en matière d'ingénierie touristique.

 

À quels savoir-faire faites-vous référence ?

La France étant la première destination touristique mondiale, elle reste considérée comme un exemple. Nous avons une expertise reconnue dans la valorisation des sites, l'événementiel, la protection du patrimoine, etc. D'autre part, quand il s'agit de questions de gouvernance touristique, Atout France présente un modèle de collaboration entre secteur public et secteur privé, et entre l'État et les collectivités locales, qui intéresse à l'étranger, en particulier dans les pays où l'État est le seul à financer le tourisme.

 

Quel est l'intérêt de ces contrats pour Atout France ?

Il est double. D'abord, ces missions nous permettent de faciliter la pénétration des entreprises françaises sur les marchés où nous intervenons. En Chine, par exemple, nous sommes intervenus en emmenant sous la bannière d'Atout France plusieurs acteurs privés, dont des spécialistes de l'ingénierie hydraulique. D'autre part, ces contrats nous servent à comprendre les clientèles touristiques locales dans la perspective de les faire venir en France. Ce qui nous intéresse, c'est donc d'intervenir dans des régions où il existe des potentiels de développement touristique, notamment en Asie ou dans la péninsule arabique (nous menons actuellement une mission au Sultanat d'Oman).

 

Cette activité apporte-t-elle d'importantes recettes à Atout France ?

Les montants sont dérisoires : on parle de 200 000 € par an les bonnes années. Elle pourrait évidemment être bien plus rémunératrice, mais il faudrait investir pour la développer, ce dont nous n'avons pas les moyens pour l'instant. Donc nous nous contentons de répondre à des sollicitations ou de participer à des appels d'offres. La réflexion existe, en lien avec le ministère du Tourisme, mais en attendant, la mission prioritaire d'Atout France reste la promotion de la destination France.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique