Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Petits arrangements

La grève d’Air France aura eu pour conséquence une chose encore impensable il y a quelques mois: un consensus de l’ensemble de la profession! Du Snav au Ceto, d’Afat Voyages à Tourcom en passant par le Cered, toutes les organisations professionnelles ont réclamé à la compagnie des indemnités pour l’ensemble des préjudices subis, et pas seulement pour les billets non utilisés.

Cette pression, largement relayée par les médias, a eu du bon, preuve que l’union peut faire la force! Air France a en effet réalisé un geste significatif en acceptant de dédommager les agences et TO pour le surplus de travail lié à la billetterie. Une première !

Reste un flou sur les forfaits annulés du fait de la grève, la compagnie évoquant un traitement au cas par cas. Bref, il s’agit désormais, pour pouvoir réclamer des indemnités, d’estimer avec précision le sinistre. Si les TO devraient être capables de chiffrer rapidement les pertes (même s’ils vont devoir apporter des preuves, sans ?oublier? les arrangements trouvés avec certains réceptifs et hôteliers), il risque d’en être tout autre pour les agences, en particulier les plus petites.

Les réseaux ont demandé à leurs adhérents un état des lieux précis. Ce travail (s’il aboutit!) risque de prendre plusieurs semaines…Assez pour oublier cette affaire. Surtout, les professionnels sont-ils prêts à aller jusqu’au bout, à savoir devant la justice, en cas de litiges?

Air France dispose de réels moyens de pressions pour éviter cette issue. A commencer par sa part de marché, la compagnie représentant pour nombre de distributeurs plus de 50% de leur activité. Cette affaire a aussi remis au goût du jour toute l’ambiguïté des relations entre le Snav et Air France.

Déjà lors du passage à la commission zéro, des voix s’étaient élevées pour dénoncer le mélange des genres. Le transporteur ?subventionne? en effet largement le syndicat, dépensant habilement quelques dizaines de milliers d’euros chaque année pour réaliser avec lui des campagnes de publicité conjointes, ou offrir des billets lors de congrès en tout genre!

Le Snav pourra-t-il indéfiniment conspuer Air France en cas de problème, tout en comptant sur elle pour arrondir son budget ?

Thierry Beaurepère, rédacteur en chef

Réagir à cet article