Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

PerfectStay lève 15 millions d’euros pour s’exporter

La start-up créée par Raphael Zier, Laurent Curutchet, Stéphane Libre et Ludovic Bailly boucle sa première levée de fonds. Objectif : accélérer sa croissance en Europe.

PerfectStay a levé 15 millions d’euros auprès de Partech et Felix Capital, afin de porter rapidement ses ambitions à l’international. La  priorité sera donnée aux marchés européens, en particulier la Grande-Bretagne et l’Allemagne. Les fonds financeront aussi les ressources technologiques et humaines de l’entreprise, qui s’est vite développée.

Une croissance de 500%

Start-up créée fin 2016, PerfectStay revendique un chiffre d’affaires de 13,4 millions d’euros en 2017, première année de commercialisation. Les fondateurs, qui ont engrangé le double à fin mai, tablent sur une croissance d’au moins 500% cette année. Immatriculée auprès d’Atout France, la jeune pousse garantit une offre clé en main de pré-packages dans une sélection d’hôtels. PerfectStay agit comme un tour-opérateur, endossant jusqu’à la responsabilité et le marketing, et encaissant la commande. Le partenaire, lui, perçoit une commission sur les ventes, ou partage les marges.

De beaux contrats

La start-up a signé son premier grand contrat avec Air France qui s’est concrétisé en avril 2017, ce qui la positionne depuis en concurrence frontale avec MisterFly comme opérateur B2B2C. Pour sa marque blanche adoptée aussi par Corsair, Vente-Privée, Emirates et La Redoute, son équipe de 80 personnes (200 d’ici 2019) a développé une technologie développée en interne.

« L’équipe de fondateurs de PerfectStay (…) a su approcher le juteux marché du travel package par un angle nouveau, celui du B2B, ce qui leur a permis de s’affranchir des coûts d’acquisition élevés du secteur. Ce qui nous a convaincu, c’est cette très belle équipe, un business model innovant et la proposition de valeur», estime Philippe Collombel, Managing Partner chez Partech.