Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Main dans la main ?

Prévu depuis plusieurs mois, le partenariat entre Carlson Wagonlit Travel et Havas vient d’être entériné. Au jeu des alliances, on reste toujours sans nouvelles de celle annoncée, également en fin d’année 2009, entre American Express et AS Voyages. Il est vrai que le timing dicté dans ce type de rapprochements se révèle souvent extrêmement long, du fait de processus de validations internes et capitalistiques nombreux. Parfois aussi, les

Prévu depuis plusieurs mois, le partenariat entre Carlson Wagonlit Travel et Havas vient d’être entériné. Au jeu des alliances, on reste toujours sans nouvelles de celle annoncée, également en fin d’année 2009, entre American Express et AS Voyages. Il est vrai que le timing dicté dans ce type de rapprochements se révèle souvent extrêmement long, du fait de processus de validations internes et capitalistiques nombreux. Parfois aussi, les priorités peuvent fluctuer, et ce qui était vrai hier ne l’est plus nécessairement aujourd’hui. Ainsi, le triumvirat Carlson-Havas-TourCom ne verra pas le jour dans l’immédiat. Un conflit d’intérêts sur le segment Affaires entre Carlson et TourCom reste l’explication la plus plausible à ce report. Toujours est-il que le noeud gordien pour les opérateurs reste la maîtrise de la distribution. C’est ce qu’a bien intégré le Club Med, qui vient de renouveler pour trois ans son contrat de distribution avec Thomas Cook, son partenaire historique, tout en flirtant avec le réseau AS Voyages depuis quelques mois. Le résultat de ce dernier rapprochement s’avère néanmoins jusqu’ici peu probant, les agences Afat et Selectour montrant peu d’entrain à vendre un produit sur lequel ils se considèrent mal commissionnés. Au-delà des accords de groupe, n’oublions pas le poids des agences physiques, qui peuvent craindre d’être laissées pour compte ou bien ballottées d’une enseigne à l’autre, sans avoir de droit de parole. Sur ce dernier point, c’est effectivement le cas. À son époque, Jean-Pierre Chevènement avait eu des mots cinglants, qui ont fait date sur les sorties verbales des ministres. En substance, le message est le même : quand on n’est pas d’accord, on prend la porte.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique