Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Madagascar : on dirait le Sud…

La crise politique de février 2009 a réduit à néant la saison touristique malgache. Mais une lente reprise semble amorcée chez les TO français, dont la célèbre Nationale 7 reste le best-seller.

Madagascar, future grande destination touristique ? Cela fait des années que le pays y est promis. Après la crise politique de 2002, les excellents résultats de 2008 (374 000 visiteurs enregistrés aux frontières, dont environ 200 000 touristes) prouvaient que la pompe avait été réamorcée. Peine perdue. En février 2009, nouvel accès de fièvre. Le Ceto décide même de « fermer » la destination durant plusieurs semaines. Or les Français de métropole représentent la moitié des visiteurs. Pour les tour-opérateurs, la chute est abyssale : entre 60 % et 70 % des ventes. Un an plus tard, la reprise est-elle au rendez-vous ? « Pas vraiment », confie Christophe Sentuc, directeur général de Terre Malgache, qui atteint entre 450 et 600 clients les bonnes années. « On constate un léger redémarrage depuis un mois, assure, quant à lui, Jacky Pilo, PDG de Voyageurs Associés. Mais c’est un réveil qu’on observe sur toutes les destinations. Et je sais que je ne récupérerai jamais les 700 passagers que je faisais il y a dix ans. » Fram, de son côté, qui avait lancé un circuit l’hiver dernier, a décidé de s’accrocher malgré le contexte, et enregistre 200 clients en portefeuille depuis l’automne. Mais c’est entre avril et octobre que la saison se joue traditionnellement. Avec un produit star : la Nationale 7, qui relie Antananarivo, la capitale, à Toliara, sur la côte sud-ouest de l’île. Tous les TO qui proposent des circuits en groupe la programment, éventuellement combinée à un miniséjour balnéaire (souvent à Nosy Be, dans le nord). Mais Madagascar devient aussi, de plus en plus, une destination de pur à la carte. « 80 % de nos ventes se font hors brochure », avoue Jacky Pilo. Et pour cause : il y a tout à découvrir dans ce pays au tourisme encore balbutiant, aux habitants d’une infinie gentillesse et aux paysages aussi variés que spectaculaires.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique