Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Lydia Morinaux s’envole avec Air Transat

La compagnie canadienne a choisi de confier les commandes de sa nouvelle direction France à une femme.

À survoler son CV, on en est immédiatement convaincu : l’aérien, c’est son domaine ! Douze ans chez British Midlands, sept chez Qatar Airways dont elle a accompagné le fulgurant développement et où elle était en charge, jusqu’à l’été, de la direction des ventes dans l’Hexagone, posent Lydia Morinaux en spécialiste. Ce n’est donc pas un hasard si Air Transat lui a confié le nouveau poste de directrice pour la France. Et cela, bien qu’elle n’ait jamais volé sur la compagnie canadienne ni même jamais mis les pieds au Canada. « Pendant les interviews, reconnaît-elle, j’ai su les convaincre que j’étais une femme de caractère ». On la croit sans peine. Lydia Morinaux sait ce qu’elle veut et aime les défis. Bretonne, volontaire, celle qui est d’abord une fille de la mer a le goût de l’effort. Rallier à la nage l’île de Houat, dans la baie de Quiberon, à Port-Navalo, sa ville natale à l’entrée du golfe du Morbihan, elle l’a fait deux fois. Dix-neuf kilomètres, même en relais à trois, il faut s’accrocher ! C’est bien le genre de cette quadra dynamique, qui continue d’expérimenter, en famille, les plaisirs balnéaires motorisés : du ski nautique au wakeboard. Aux commandes d’Air Transat, elle ne craint donc pas les turbulences. « C’est un joli défi que de s’occuper d’une compagnie aérienne appartenant à un voyagiste, confie-t-elle. Les champs d’actions sont parfois différents, mais ils restent complémentaires car intrinsèquement liés. » Sa mission consistera principalement à poursuivre le développement des ventes sur les canaux de distribution du marché français, en s’appuyant sur un service commercial, un service groupes et un centre d’appels dédié aux agences de voyages. « Je vais être exigeante avec les équipes, dit-elle, mais je le suis d’abord avec moi-même ».