Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les VTC veulent faire la course en tête

Le conflit avec les taxis laisse croire que les voitures de tourisme avec chauffeur ne sont que des acteurs du transport « au quotidien ». Mais leur ambition stratégique est aussi de devenir un maillon indispensable du secteur touristique.

Chose promise, chose due. Le 28 décembre est paru au Journal officiel le décret instaurant l'obligation pour les VTC (voitures de tourisme avec chauffeur) de respecter un délai de 15 minutes entre la réservation et la prise en charge d'un client. Une mesure que réclamaient les taxis et que le gouvernement s'était engagé, en octobre dernier, à mettre en place au 1er janvier 2014.

Sans surprise, le texte prévoit également deux exceptions, censées protéger l'activité « touristique » des VTC : « les prestations […] réservées par des exploitants d'hôtels 4 et 5 étoiles au départ de leur établissement » ou celles liées à la tenue de salons professionnels. Autant dire une part infime de leur activité, s'insurgent les exploitants, qui promettent d'attaquer rapidement en justice le décret de la discorde.

 

Le voyage d'affaires comme coeur de cible

 

%%HORSTEXTE:1%%Mais le rôle des VTC dans la chaîne du voyage est en fait très loin de se résumer à la seule desserte des hôtels de luxe et des salons. Transferts en tous genres, liaisons avec les aéroports et les gares… : les entreprises du secteur disposent déjà d'une proportion importante de « voyageurs » parmi leurs clients. Et cette clientèle est justement considérée comme l'un des réservoirs de croissance de l'activité pour le futur. Logiquement, toutes les start-ups du secteur, nées depuis 2010 à la faveur d'une libéralisation de la réglementation, ont d'abord visé des clients situés dans leur zone de chalandise. « Le coeur de cible, ce sont les voyageurs d'affaires », explique Yanis Kiansky, président et fondateur d'Allocab.com, qui fédère un peu plus de 200 chauffeurs indépendants. Le réseau a ainsi commencé par nouer des contrats corporate avec des cabinets d'audit ou de conseil parisiens, dont les salariés se déplacent régulièrement en France ou à l'étranger, et il est actuellement en compétition sur plusieurs appels d'offres de sociétés du CAC 40. Mais l'objectif, désormais, est aussi d'intégrer la chaîne de distribution des voyages. Allocab vient par exemple d'être choisi pour assurer le service « porte-à-porte » que propose la SNCF à ses clients, sur les gares parisiennes de Montparnasse et d'Austerlitz. Mais il a aussi démarché les agences de voyages et réceptifs, décrochant des contrats avec Frequent Flyer Travel Paris, France Tourisme ou des spécialistes du luxe comme Tapis Rouge et Peplum. Les sociétés de conciergerie, les chaînes hôtelières, les opérateurs de coffrets cadeaux pourraient aussi faire partie des canaux de distribution potentiels.

 

Un enjeu d'intégration technologique

 

SnapCar, fondé il y a un an, a les mêmes ambitions. « Le problème, explique Yves Weisselberger, son fondateur, c'est que la réservation par un agent de voyages n'est pas encore assez rapide pour qu'il y trouve son compte en termes de commission. » La Solution ? La technologie, répondent les VTC. Et, en ligne de mire, l'intégration dans les SBT, voire les GDS. « Les commissions sont très élevées, mais c'est le moyen que nous aurions de toucher tout le monde, alors on y pense forcément à un horizon moyen-terme », reconnaît Yves Weisselberger. D'ici là, SnapCar devrait franchir un premier pas en signant avec KDS… dont le même Yves Weisselberger fut le créateur il y a quelques années.

Intégrer les GDS, certaines sociétés françaises de VTC sont cependant déjà en train de le faire, à l'image de Navendis. Depuis septembre 2013, cette dernière est le partenaire exclusif en Île-de-France de la société finlandaise CabForce, fournisseur d'une plate-forme internationale de réservation de voitures avec chauffeur. Outre Finnair ou Carlson Wagonlit Travel, CabForce fournit aussi Amadeus et Travelport. Preuve que pour les VTC, la conquête de l'industrie touristique ne fait que commencer.

%%HORSTEXTE:2%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique