Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les soldes sont passés de mode dans le tourisme

Les ventes privées qui se multiplient avec des bonnes affaires toute l'année, mais aussi les déstockages volontairement revus à la baisse par les TO pour épargner leurs marges, ont démodé les opérations promotionnelles autour des soldes.

En 2008, Nouvelles Frontières s'était fait remarquer avec les Soldes du voyage. En phase avec les dates officielles des soldes, le TO avait lancé une grande opération de déstockage, renouvelée chaque année en juin jusqu'en 2011.

Alors que démarrent aujourd'hui les soldes d'hiver (ils se poursuivront jusqu'au 12 février), les opérateurs touristiques ne font pas de surenchère. Nouvelles Frontières a laissé tomber l'été dernier le principe des soldes et se contente d'offres de dernière minute classique sur son site et dans ses agences. Quant à Thomas Cook, qui avait rebondi en juin 2012 sur l'évènement, il se limite également cet hiver à ses ventes hebdomadaires de dernière minute baptisées "Vendredis de Folie" qui suffisent pour déstocker la production de la saison hivernale "avec des capacités qui ont été ajustées au plus près".

Les marques de Thomas Cook France, comme celles du groupe Transat France, communiquent en revanche sur leurs offres early booking pour l’eté : "Premiers Servis" de Thomas Cook et "Ephémères" de Jet tours avec jusqu’à -300 euros de réduction jusqu’au 3 février, ou "Reservez tôt" de Look jusqu'au 31 janvier.

Limiter le déstokage pour préserver les marges

Selon plusieurs études (Ipsos et Ifop), les soldes en général ne font de toute façon plus autant recette que par le passé : 220€ de dépenses prévus en moyenne cette année, contre 240€ en 2012. Dans le voyage comme pour les autres secteurs, les Français profitent dorénavant tout au long de l’année des prix cassés sur Internet, et notamment des ventes privées qui viennent affaiblir l’impact des classiques soldes.

Autre facteur de démobilisation des opérateurs dans le tourisme, ceux-ci ont volontairement sabré dans leurs stocks cet hiver pour éviter surcapacités et déstockages dévastateurs pour leurs marges. Les soldes ne sont pas du tout d'actualité. "Ras le bol d’offrir des voyages à prix cassés", remarquait lors du dernier forum du Ceto en décembre Patrice Caradec, président de Transat France. "Nous devons améliorer notre rentabilité. Et s’il y a de la demande, on trouvera de la place supplémentaire."

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique