Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les hôteliers gagnent une bataille contre Booking.com

La centrale de réservations hôtelières renonce en partie aux clauses de parité des prix et des disponibilités.

La filiale de Priceline s'incline. Dans un communiqué, Booking.com indique qu’elle prend acte des récentes décisions des autorités de concurrence en France, en Suède et en Italie.

En vertu de ses nouveaux engagements, le site abandonnera la parité des prix, la parité de disponibilités, et les dispositions de parité relatives aux conditions de réservation à l’égard des autres agences de réservation en ligne (OTAs). Sa direction s'était déjà engagée, en décembre 2014, à supprimer la clause dite de "parité tarifaire" par laquelle elle interdisait aux hôteliers de proposer des prix plus bas aux autres plates-formes de réservation sur Internet. Concrètement, Booking.com n’empêchera plus les hébergeurs de proposer sur d’autres OTAs, ou directement sur leurs canaux "hors ligne", des tarifs inférieurs à ceux qu’ils proposent sur Booking.com.

L'Autorité de la concurrence a de son côté annoncé, ce mardi 21 avril, avoir obtenu de la centrale de réservations des engagements "particulièrement étendus" pour stimuler la concurrence, en réponse aux plaintes pour abus de position dominante déposées par les hôteliers. Ces dispositions entreront en vigueur le 1er juillet 2015 pour cinq ans, avec un point d'étape prévu fin 2016, précise l'Autorité dans un communiqué.

Des restrictions

Booking.com conserve toutefois la "parité étroite" sur les prix et conditions de réservation. Autrement dit, les hôtels devront offrir les mêmes tarifs et conditions sur la filiale de Priceline qu’à travers leur propre site en direct.

Par ailleurs, les nouveaux engagements laissent à Booking.com la possibilité de demander un allotement minimum ou quelques disponibilités aux hôtels.

"Cette évolution créera un environnement favorisant une plus grande transparence et davantage de concurrence entre les agences de réservation en ligne", estime le site. Le géant de la réservation hôtelière envisage de mettre en œuvre ces engagements dans l’ensemble de l’espace économique européen, et "travaille avec toutes les autres autorités nationales de la concurrence européennes dans cette perspective".

Le groupe américain Expedia a aussitôt réagi, pour préciser que les annonces des autorités de concurrence française, italienne et suédoise ne s'appliquaient pas à lui. En tout cas, pour l'instant.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique