Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les dangers du TTC

« Les associations de consommateurs se sont trouvées un nouveau cheval de bataille : l’affichage des prix en TTC dans le tourisme, un secteur qui bénéficie jusqu’à présent d’une certaine tolérance sur le sujet. Une exigence somme toute légitime, tant les taxes aériennes et autres surcharges peuvent faire bondir le prix d’un voyage, parfois de 50 % pour un court séjour en Europe ! Nul doute que les pratiques controversées des compagnies lo

Les associations de consommateurs se sont trouvées un nouveau cheval de bataille : l’affichage des prix en TTC dans le tourisme, un secteur qui bénéficie jusqu’à présent d’une certaine tolérance sur le sujet. Une exigence somme toute légitime, tant les taxes aériennes et autres surcharges peuvent faire bondir le prix d’un voyage, parfois de 50 % pour un court séjour en Europe ! Nul doute que les pratiques controversées des compagnies low cost, avec leurs fameux billets gratuits hors taxes, ont jeté de l’huile sur le feu et incité les autorités à être plus attentives au sujet.

Reste à généraliser ces tarifs TTC, y compris pour la vente de forfaits. Complexe et difficile, répondent nombre de TO, qui y réfléchissent pour l’hiver 2007/2008. Pourtant, TUI a fait de cette pratique un de ses arguments majeurs lorsqu’il débarqua en France, il y a déjà trois ans. Comme quoi, c’est possible ! Même si le voyagiste n’intègre pas la surcharge carburant dans ses prix. Pas sûr toutefois que les consommateurs sortent totalement vainqueurs de cette bataille. Certes, un affichage TTC permettra d’éviter les fausses bonnes surprises. Mais pour intégrer dans leurs prix le risque d’une éventuelle augmentation des taxes après la sortie des brochures, les voyagistes pourraient prendre une marge sur ce poste. Au final, c’est le client qui paiera ces quelques euros de plus… Et en cas de diminution de ces mêmes taxes (on peut toujours rêver !), nul doute que certains TO seront tentés de ne pas répercuter immédiatement la baisse.

Pour la distribution aussi, les conséquences de ce changement ne sont pas négligeables. Plutôt que de mettre en place de nouvelles usines à gaz pour continuer à commissionner les agences sur un prix hors taxes, les TO pourraient rémunérer plus simplement les distributeurs sur une base TTC, plus large et donc plus intéressante. C’est ce que font déjà certains opérateurs, comme TUI ou Costa. Mais ils pourraient utiliser du même coup cet argument pour justifier en parallèle une baisse du taux de commission de base. Bref, et alors même que la tentation de la commission variable, voire des prix nets, se fait de plus en plus pressante, agences et TO vont devoir définir au plus vite de nouvelles règles.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique