Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : je ne sais rien… mais je dirai tout !

Je ne sais rien mais je dirai tout… Pardon à Pierre Richard de lui avoir emprunté le titre de son film (pas vraiment un chef d’œuvre, mais bon). C’est un peu ce que m’inspirent les diverses déclarations des uns et des autres ces derniers temps…

Le 11 ami prochain. C’est la date, lancée par Président Macron, signifiant une « possible » levée du confinage de l’ensemble de la population française. Possible, ais-je bien écrit, sans aucune garantie, car, ainsi que le soulignait hier matin durant sa conférence hebdomadaire Jean-Baptiste Lemoyne, « on vous dira tout… le moment venu » ! En attendant ce « moment venu », bien malin qui pourrait déterminer quand, comment, qui, et quoi !

En attendant, du côté des professionnels, c’est assez étonnant. Quasi tout le monde est déjà « prêt » à démarrer une saison estivale, dès ce 11 mai prochain.

Si j’ai bien lu d’ailleurs, dès cette date de libération, la SNCF affiche « complet » sur tous ses TGV prévus (?) et se dit confiante dans une mise en service relativement rapide de ses liaisons.

L’édito de Gobert : IATA ? Autisme à l’état pur !
Dominique Gobert.

Dans les régions françaises, comme au ministère, on recense déjà les futures « propositions » de produits afin que nos compatriotes puissent, enfin, passer leurs vacances en France. Certains, tel FTI qui vient de se faire investir par un actionnaire égyptien, aurait même en stock plus de 700 produits à proposer aux possibles vacanciers pour cet été…

Curieusement pourtant, que ce soit Si Bête, Madame Borne ou même Jean-Baptiste Lemoyne, sans oublier quelques experts « proches du dossier », chacun y va de sa petite phrase du genre « ne vous pressez pas trop à effectuer des réservations » pour l’été…

Et pour un voyage à l’étranger, faut quand même pas rêver, même si certains de nos voisins commencent bizarrement à déconfiner. Même si nous avons le droit de « déconfiner » un peu, vous croyez, vous, que nos concitoyens vont se précipiter dans vos agences de voyages ? Désolé, mais je n’y crois pas une seconde. Tout juste, si je puis me permettre cette supputation, pourra-t-on se rendre qui dans sa résidence secondaire, qui dans la famille… Et encore, pour les plus aisés. N’oublions pas que quelque 9 millions de nos compatriotes sont au chomdu, même partiel, depuis trois mois et que le budget est compté, même si l’essence ne coute pas cher en ce moment !

D’autant que, pour ce qui est d’ouvrir les bistrots, c’est encore loin d’être gagné !

Restons calme, parce que, actuellement, personne ne sait trop rien. J’entends, comme tout le monde, les affirmations, élucubrations, avis divers, venus d’éminents virologues, infectiologues et experts qui n’auront jamais été aussi nombreux sur les plateaux télé. Le seule chose que j’aurais retenu de tout ceci, c’est que, pour stopper l’infection, il faudrait que 60% de la population ait été contaminée afin de n’infecter qu’un petit nombre. Pour le moment, ce ne sont que 6% des Français qui ont été contaminés. De là à penser qu’en relâchant tout le monde dans la nature, on pourrait résoudre ce problème, j’avoue que…

Mais dans quelques jours, on devrait savoir… un peu plus, puisque, comme je l’indiquais plus haut, « Je ne sais rien, mais je dirai tout » !

A ce propos d’ailleurs, je remarque que Président Macron, dans son intervention télévisée de la semaine dernière, avait fait du tourisme « une priorité nationale », promettant des mesures « spécifiques » pour cette économie.

A croire qu’Edouard Philippe, Premier ministre, devait avoir la tête ailleurs ce jour-là. Dans sa conférence-fleuve, qu’aurait pu lui envier Marcel Proust, il a appliqué à la lettre le « Je ne sais rien… amis je dirai tout » : sauf que cette fois, pas une seule fois le mot « tourisme » n’a été abordé au niveau des mesures envers les entreprises, durant ces plus de deux heures de discours ! Et que pour les mesures « spécifiques », ben on ne sait toujours rien…

A lire aussi : Les éditos et interviews de Dominique Gobert

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique