Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le transmanche maritime sombre…

Côté mer, SpeedFerries a déposé le bilan et un plan social serait en préparation à SeaFrance. LD Lines s’engouffre dans la brèche… Côté rails, Deutsche Bahn veut racheter les parts d’Eurostar UK et profiter de la croissance de cet axe.

L’activité maritime transmanche est à la peine. Première victime, la compagnie SpeedFerries a été placée en liquidation judiciaire le 25 novembre suite à la saisie du SpeedOne, le seul navire à assurer la liaison entre Boulogne-sur-Mer et Douvres. LD Lines prendra le relais à compter du 1er juillet et propose aux passagers lésés (environ 200 réservations à ce jour) de racheter un billet avec 75 % de réduction pour une rotation au départ de Portsmouth, Newhaven, Le Havre et Dieppe, en attendant la reprise de la ligne. Filiale du groupe multinational Louis Dreyfus, LD Lines prévoit également d’ouvrir une ligne entre Dieppe et Douvres, à compter du 2 février. Un fort développement dans un contexte plus que morose. L’activité est globalement en net recul sur l’axe transmanche et SeaFrance en fait également les frais. L’année 2008 a été très difficile pour la filiale de la SNCF : conflit dur avec les officiers, hausse du prix du fuel, mise en service retardée du Molière (le navire est sorti des chantiers courant septembre au lieu de juillet et n’a donc pas pu effectuer la saison d’été), qui ont accéléré la chute de la compagnie. Un plan social serait donc en préparation avec un nombre de licenciements important. « Tout indique l’imminence d’un plan social chez SeaFrance. Nous sommes très inquiets parce que SeaFrance est virtuellement en situation de cessation de paiement. Virtuellement parce que la SNCF paie les salaires par une ouverture de ligne de crédits », estime Bertrand Pericaud, premier secrétaire de la section calaisienne du parti communiste français. Les pertes se sont élevées à 20 millions d’euros en 2007 et sont estimées à une centaine cette année. De son côté, la direction de SeaFrance se refuse à tout commentaire.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique