Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

« Le Train », la nouvelle compagnie française de TGV en France

Baptisée « Le Train », elle veut exploiter des trains à grande vitesse fin 2022 en Nouvelle Aquitaine, entre Arcachon, Bordeaux, Angoulême et Poitiers.

« Il s’agit de la création d’un nouvel opérateur ferroviaire en France, le premier opérateur à grande vitesse privé. C’est un projet issu des territoires », a expliqué à l’AFP le dirigeant de « Le Train », Alain Getraud. Il reste « beaucoup de place » sur la ligne nouvelle Sud Europe Atlantique (Tours-Bordeaux) ouverte en 2017, où la SNCF exploite surtout des trains Paris-Bordeaux, a-t-il noté.

D’où cette idée d’un nouvel entrant « axé sur du trafic intrarégional ou interrégional » et qui proposera « de la cadence ». « Le Train » envisage un certain nombre de relations sur un axe principal Arcachon-Bordeaux-Angoulême-Poitiers-La Rochelle, avec des prolongements le week-end jusqu’à Nantes et Rennes, selon les notifications publiées mercredi sur le site de l’Autorité de régulation des transports (ART).

« Le Train » aura une dizaine de rames

Le service devrait commencer le 11 décembre 2022 selon ces notifications. Un objectif qui dépendra beaucoup de l’évolution de la situation sanitaire, a relevé Alain Getraud. La compagnie envisage d’utiliser « une dizaine » de rames à grande vitesse de 350 places (ce qui correspond plus ou moins à la capacité des rames à un niveau d’origine de la SNCF), « assez classiques ».

Alain Getraud n’a pas souhaité s’étendre à ce stade sur la façon dont « Le Train » se les procurera. Basée à l’Isle-d’Espagnac près d’Angoulême, la compagnie a été créée en février 2020 à l’initiative de l’industriel charentais Tony Bonifaci, dirigeant notamment de la Société nouvelle de travaux publics et de génie civil (SNGC). Seules les compagnies italienne Trenitalia et espagnole Renfe avaient jusqu’à présent annoncé leur intention d’entrer sur le marché français de la grande vitesse, désormais libéralisé, respectivement sur Paris-Lyon-Milan et Lyon-Marseille.

1 commentaire
  1. Matthieu Marquenet dit

    Très bonne nouvelle pour le secteur.
    Vive la concurrence et le libre choix pour les passagers !

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique