Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le tourisme, un des piliers de la future Marque France

Le gouvernement français a confié mercredi au publicitaire Philippe Lentschener la mission d'inventer une "Marque France", pour donner un coup de pouce aux exportations et à l'attractivité du pays. Le tourisme devrait naturellement y être associé.

L’image de la France mérite bien un aréopage de ministres. Le 30 janvier, c’est donc à quatre (Arnaud Montebourg, au Redressement productif ; Nicole Bricq, au Commerce extérieur ; Sylvia Pinel, à l’Artisanat, au Commerce et au Tourisme ; et Fleur Pellerin, aux PME, à l'Innovation et au Numérique) qu’ils sont venus lancer, à Bercy, la mission destinée à créer une "Marque France".

Confiée au publicitaire Philippe Lentschener, qui s’est entouré de cinq personnalités, cette marque a pour objectif de renforcer la compétitivité et l’attractivité de l’Hexagone à l’étranger. Ses conclusions devraient être rendues le 1er mai.

Aller au-delà des clichés

"La France est un grand pays, par sa diplomatie, par son appareil de défense, par sa place déterminante en Europe, ses grandes entreprises qui sont présentes dans le monde entier, mais elle ne le sait pas, et les Français figurent au rang peu enviable de numéro un pour le scepticisme", a fait remarquer Nicole Bricq lors de la conférence de presse.

La "Marque France", qui doit à ses yeux aller au-delà des clichés – "les fromages, les Champs-Elysées, les châteaux de la Loire et les amoureux" -, est censée aider les Français "à dépasser la crise de confiance".

Pour Arnaud Montebourg, il s’agit même de faire en sorte "que chacun devienne un porte-parole de la France, dans une période où beaucoup d’autres pays s’organisent pour promouvoir ce que les anglo-saxons appellent le Nation branding".

Une ombrelle pour toutes les initiatives

La "Marque France" sera donc conçue comme une ombrelle sous laquelle pourront s’abriter toutes les initiatives destinées à favoriser l’image du pays à l’étranger. Il faut "que celui qui a un gîte dans le Tarn-et-Garonne ou dans l'Aveyron, qui est sur Internet, puisse utiliser la marque comme par exemple Renault qui vend ses voitures au Brésil", a-t-il ajouté.

Une référence au tourisme également reprise par Sylvia Pinel, qui inscrit les chantiers de son ministère dans cette logique, répétant que "la France est le pays le plus attractif du monde" en nombre de visiteurs, mais que "nous devons améliorer la qualité de notre offre, la rénover, la diversifier". Cette marque permettra notamment, selon elle, de "mieux coordonner les actions de promotion des collectivités publiques et du secteur privé".

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire