Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le projet de réforme de la loi de 1992 fait des vagues

Le Snav, mais aussi l’APS et le Ceto, s’opposent aux deux projets de décret présentés par le ministère du Tourisme.

Rien ne va plu entre le Snav et le ministère du Tourisme concernant la réforme de la loi de 1992. La rédaction des deux projets de décret d’application de l’ordonnance du 24 février 2005 a été rejetée le 11 avril lors d’une réunion au ministère par Georges Colson, président du Snav, mais également Bernard Didelot, président de l’APS et René-Marc Chikli, président de l’association de tour opérateurs (Ceto).

 

Georges Colson a menacé de quitter la réunion, le texte représentant  selon lui un danger pour la profession. Il a demandé que le Snav et l’APS soient réellement associés à la conception du texte, qui doit définir l’exercice de l’activité entre ceux qui ont une licence, et les futurs habilités. Le syndicat souhaite la mise en place rapide de réunions de travail, rappelant que la priorité demeure de limiter l’exercice de la profession pour les habilités, qui ont par ailleurs une activité principale. Le ministère du Tourisme, représenté par Alain Boudon, directeur de cabinet de Léon Bertrand, a pour sa part demandé des éléments écrits sur les points qui posent problème dans les 10 jours à venir.

La semaine dernière à Oman, lors de la convention du Snav Ile-de-France, Bernard Didelot avait prévenu que les négociations étaient difficiles avec le ministère du Tourisme. Résolu à se battre contre le paracommercialisme, il menaçait déjà de claquer la porte des négociations et d’annuler l’organisation par l’APS du Forum de l’Emploi, programmé en novembre prochain.

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire