Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le GNI dénonce l’inflation des commissions exigées par Booking

Le groupement national des indépendants critique le géant de la réservation hôtelière, au niveau de la gestion des adresses électroniques des clients et des commissions demandées aux hôteliers.

Booking a annoncé, hier, l’extension à toute l’Europe des engagements pris devant les autorités de la concurrence française, italienne et suédoise.

Le Groupement national des indépendants (GNI) a réagi en publiant un communiqué, dans lequel il appelle la filiale de l'américain Priceline à respecter de telles annonces, et en profite pour fustiger deux pratiques récentes :

– Depuis le 1er mai, les adresses mails des clients qui effectuent une réservation sur Booking.com sont cryptées, souligne le GNI, avant d'ajouter : "Les hôteliers demeurent ainsi dans l’incapacité de les contacter pour préparer leur séjour et assurer une bonne relation client".

– Le 29 mai, Booking.com a informé les hôteliers de l’augmentation de 2 points des commissions, passant ainsi de 15% à 17%, poursuit-il. Cette hausse a été justifiée par la garantie d’une meilleure visibilité des hôteliers sur le site, une contrepartie "floue dans la mise en pratique réelle".

"Ces commissions imposées par Booking.com aux hôteliers (…) sont passées de 10,8% à 15% en 5 ans, assurant ainsi une augmentation de chiffre d’affaire de 700% à Booking.com contre 3,5% pour les hôteliers", assure le groupement.

Trois syndicats du secteur de l'hôtellerie, de la restauration et des cafés sont rassemblés au sein du GNI (Synhorcat, la Fagiht et le Conseil des territoires), qui appelle les parlementaires à adopter rapidement la loi Macron et les amendements garantissant la liberté tarifaire aux hôteliers.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique