Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Club Med a perdu 44 millions d’euros cette année

Pour renouer avec les bénéfices, le TO poursuit sa montée en gamme et édite un catalogue d’été totalement renouvelé.

Pour son exercice 2004, clos le 31 octobre, le Club Méditerranée a affiché un nouveau déficit de 44 millions d’euros, contre 94 millions en 2003. Certes, le résultat d’exploitation est repassé au vert (+ 17 M€ contre – 6 M€ en 2003). Néanmoins, l’entreprise peine à conquérir de nouveaux clients (1,42 million contre 1,43 en 2003, hors Jet tours). Ainsi, son chiffre d’affaires a t-il diminué de 0,5% l’an dernier, à 1,6 milliard d’euros. A périmètre comparable et taux de change constant, il progresse légèrement de 1,2%.
Plus inquiétant, l’activité du Club est tirée par l’Asie et l’Amérique mais patine en Europe (917 M€ de chiffre d’affaires, en recul de 3,3%) et plus particulièrement en France. Bien sûr, sa filiale Jet tours a réalisé une belle année. Le TO a réalisé un chiffre d’affaires de 276 M€ en 2004 (+ 5,1%) et séduit 282 000 clients. Il affiche un résultat d’exploitation positif de 2,8 millions d’euros. Mais les performances du Club Med sont plus décevantes. Après un bon hiver, l’été s’est avéré médiocre, du fait d’un marché atone et des difficultés de Thomas Cook France, distributeur historique. « Le changement d’enseigne et la stratégie de Thomas Cook France a entraîné une baisse des ventes du Club Med dans le réseau de 15% » regrette Henri Giscard d’Estaing, président du directoire. Parallèlement, l’ouverture de la distribution des produits du Club Med aux autres agences ne donne encore que des résultats limités. « Les autres réseaux ont généré 5% de nos ventes en France l’hiver dernier, 7% cet été. Ils réalisent actuellement 9% de nos réservations pour l’hiver» poursuit Henri Giscard d’Estaing. Résultat : le Club Med n’a séduit que 581 000 GM Français cette année, soit une baisse de 5,2% par rapport à 2003. « C’est aussi le reflet de notre montée en gamme. Notre politique est désormais plus orientée sur la valeur que sur le volume», conclut Henri Giscard d’Estaing.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique