Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La France doit-elle déployer une police touristique ?

Le sujet de la sécurité est ultra sensible pour la France, qui doit rassurer Chinois, Japonais et Américains. Une police touristique serait-elle la meilleure arme de la destination ?

La France est en mal de touristes internationaux, notamment d’Américains et d’Asiatiques. Comment redresser la barre ? Pour Jean-Pierre Nadir, fondateur du portail d'infomédiation Easyvoyage, il est urgent, notamment, de sécuriser. "Il faut créer une police touristique qui va protéger les touristes, comme on l’a fait au Maroc, a-t-il récemment souligné sur France Inter. A Marrakech, il y a 15 ans, les gens ne voulaient pas y aller parce que c’était dangereux. Aujourd’hui, c’est complètement sécurisé. Bientôt, Rio apparaîtra comme plus secure que Paris !" Car les Chinois détroussés, et les agressions de Courtney Love ou de Kim Kardashian, qui font le tour des réseaux sociaux, annihilent l’impact des campagnes institutionnelles de promotion. Sans parler des attentats bien sûr.

Chinois et Japonais en chute libre

Les premiers chiffres de 2016 sont alarmants s'agissant des clientèles asiatiques. La fréquentation des Chinois dans l'Hexagone a reculé de 18% depuis le début de l'année en raison des attaques terroristes, celle des Japonais de 40%.

Vendredi 21 octobre, Jean-Marc Ayrault a reçu des professionnels du tourisme spécialisés dans l'accueil des voyageurs chinois. Le ministre des Affaires étrangères a reconnu que la mise en place de l'état d'urgence envoyait "un message ambigu aux touristes qui l'assimilent parfois à un état de guerre". Surtout, le chef de la diplomatie a promis des mesures "très concrètes, avec des moyens renforcés" en matière de sécurité, qui seront dévoilées début novembre lors d'une réunion présidée par le Premier ministre. Une police touristique est-elle dans les cartons ? L'Alliance 46.2, qui rassemble 21 entreprises leaders du tourisme, a récemment préconisé, elle aussi, sa création pour sortir la destination du marasme.

Un discours (trop) alarmiste

"Une police du tourisme pour éviter que les Chinois soient pillés entre Roissy et Paris, ce serait bien", estime pour sa part Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage.

"Il faut réussir à modifier l’image de la France à l’étranger, ajoute-t-il. Nous devons lui donner une image positive. Quand on a un discours 'les attentats, c’est pas fini, on est entrés dans un cycle', cela n'encourage pas un étranger à venir en France, ni un Français à aller à Paris. Nous avons un discours alarmiste". Ces propos tenus par Manuel Valls risquent d’avoir des conséquences sur l’emploi, notamment à Paris et sur la Côte d’Azur, qui boivent particulièrement la tasse, estiment nombre de professionnels.

Quelle vision politique ?

"Le tourisme, c’est aussi une vision politique, ajoute Jean-Pierre Nadir. La mairie de Paris a une vision sémantique. On bloque les quais par exemple. Qu’a-t-on fait comme développement à côté ? Moi, j’aurais développé la Seine. Des projets comme cela, on n’en a pas".

La France demeure la première destination mondiale avec 84,5 millions de touristes étrangers en 2015, mais 3e en recettes. Le gouvernement maintient l'objectif de 100 millions d'étrangers en 2020. Pour relever un tel défi, en supposant que 2016 soit une année blanche, il faudrait alors enchaîner pendant trois années 6% de croissance par an – un taux jamais atteint depuis 2010 au minimum. Parfaitement illusoire… Pour mémoire, la destination France a affiché seulement +0,9% en 2015.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique