Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’Inde brille à nouveau de mille feux

L’Inde est à la mode. En pleine surchauffe économique, le pays développe ses infrastructures touristiques et vante une image qui fait mouche. Une belle saison s’annonce mais gare à la pénurie.

Un géant endormi. Dans un exercice d’autocritique rare, l’Inde reconnaissait lors du dernier salon ITB Berlin avoir du retard dans le développement de son tourisme. Désormais réveillée, elle a pris des mesures énergiques pour encourager un secteur très dynamique, malgré les énormes challenges de ces dernières années. La me-nace de guerre avec le Pakistan et les massacres au Gujarat avaient fait de 2002 une année calamiteuse (-42 % chez Asia) ! Avec une progression de 15 % et 2,75 millions de visiteurs internationaux, 2003 fut meilleure, malgré l’Irak, et 2004 s’annonce record : Le niveau atteint en 2000 pourrait être dépassé, estiment les autorités de New Delhi.

En Inde, le développement des infrastructures va bon train. Les régions ont bénéficié de budgets pour mettre à niveau leur offre, des sites sont restaurés et une campagne de publicité mondiale, Incredible India, a été lancée en 2003. Ses premiers effets sont jugés très positifs : l’Inde est à la mode. Entre novembre 2003 et mars 2004, 220 000 sièges d’avion supplémentaires ont d’ailleurs été proposés à la vente. La libéralisation partielle du ciel (les compagnies privées indiennes peuvent desservir certaines destinations asiatiques), l’augmentation des capacités des compagnies régulières et l’ouverture de nouvelles lignes a contribué à tirer l’offre. Mais pas aussi vite que la demande, très forte, notamment de la part des voyageurs d’affaires. Car l’Inde est en surchauffe économique : 7 % de croissance au cours des 12 derniers mois.

L’Inde suscite l’intérêt d’un public de plus en plus large

Les élections (670 millions d’Indiens vont voter en trois vagues et les résultats seront connus le 13 mai) vont contribuer à placer encore un peu plus le pays sous les feux de l’actualité. Et peu à peu, loin des trottoirs de Calcutta, de nouvelles images s’imposent : cinéma de Bollywood et sociétés informatiques de Bangalore, écrivain engagé (Arundhati Roy) et massages du Kerala… L’Inde effraie de moins en moins les voyageurs et suscite l’intérêt d’un public plus large. Les voyagistes français en profitent. Tous évoquent un excellent hiver. Les ventes ont même progressé de 68 % cet hiver chez Thomas Cook, la plus forte croissance dans le réseau, toutes destinations confondues.

Petite embellie du côté de l’offre aérienne

Quand la saison est bonne, comme cette année, les TO doivent gérer la pénurie de sièges. Avec chaque jour deux vols Air France (Delhi et Bombay) et un vol Air India (Bombay), dont certains en partage de codes entre les deux compagnies, l’offre est insuffi- sante. Le marché est saisonnier, plaide Jean-Charles Truc, d’Air India. Et pas immense : environ 80 000 visas délivrés chaque année par l’ambassade.

La situation est cependant meilleure que par le passé, les TO proposant des vols avec escale sur Lufthansa (24 vols/semaine) et certaines compagnies du Golfe pour contourner la faiblesse de l’offre. L’embellie est aussi sensible sur les vols intérieurs, grâce aux compagnies privées. En revanche, certains hôtels, comme l’aile ancienne du Taj à Bombay ou les palais du Rajasthan, doivent se réserver très longtemps à l’avance en haute saison. Mieux vaut le savoir, alors que les ventes de l’automne ont déjà démarré… Il ne faut pas tarder pour Noël, conseille même un chef de produit.