Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’Egypte lance ses chantiers sur tous les fronts

Mise à disposition de terrains pour le développement de nouvelles infrastructures et projets d’amélioration des réseaux de transports font partie des priorités que le ministère du Tourisme égyptien vient de présenter.

Plus d'un an et demi après la révolution, aidée par le retour progressif des touristes étrangers (qui reste très timide sur le marché français), l’Egypte annonce le lancement de nouveaux chantiers de développement touristique.

Hicham Zaazou, le ministre du Tourisme, a notamment décidé de mettre à la disposition des investisseurs égyptiens et étrangers 2 800 hectares de terres en vue d’y établir des équipements sportifs de pointe, des forêts et des centres thermaux et de thalassothérapie. "Les deux premiers projets d’envergure sont prévus l’un dans la périphérie de Ain El Sokhna, près de Marsa Alam, l’autre à Nabak, dans les environs de Sharm El Sheikh", explique un communiqué. Des zones sélectionnées en raison de "leur proximité avec des sites touristiques" et de la "desserte routière et aéroportuaire" qu’ils offrent. Chaque projet fera l’objet très prochainement d’un appel d’offres.

Améliorer l'offre de transports

Parallèlement, plusieurs chantiers d’amélioration de l’offre de transport vont être lancés afin de favoriser et diversifier l’activité touristique. "L’un des projets les plus importants est l’essor du tourisme ferroviaire et tout particulièrement des trains de luxe comme le Train des Pharaons. Ce dernier fait l’objet, de la part d’une société indienne, d’une proposition de rénovation alliant authenticité, histoire et technologie de pointe". Cette amélioration doit notamment permettre un accès aux sites archéologiques au départ de Marsa Matrouh, Alexandrie, Le Caire, et de Louxor à Assouan.

Sur le transport maritime, le ministre a fait part de son souhait d’agrandir les quais le long du Nil dans le cadre de la reprise des longues croisières du Caire à Assouan. Il envisage également un accroissement du trafic au départ du port de Taba, récemment rouvert.

Enfin, est à l’étude le développement de l’aéroport de Ras Sadr, à l’extrême nord de la mer Rouge, afin de stimuler l’activité dans cette région encore peu exploitée.

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique