Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’avion du futur entre en piste

De nouvelles formes d'aéronefs avec des propulsions hybrides et électriques pourraient voir le jour à l'horizon 2050.

Difficile de savoir à l'heure actuelle à quoi ressemblera l'avion du futur. Les chercheurs travaillent sur des projets qui dépendent de ruptures technologiques inenvisageables avant 2040-2050. Mais les constructeurs aéronautiques suivent plusieurs pistes sérieuses visant principalement à réduire la consommation de carburant.

La structure de base des avions à réaction n'a pas changé depuis les années 50 : un fuselage et deux ailes où sont accrochés, en dessous, des moteurs alimentés avec du kérosène. Les derniers appareils des constructeurs aéronautiques (A380-800 et B787-8), et ceux qui sortiront dans les 20 ans à venir, conserveront cette architecture. On trouvera toutefois des innovations permettant d'atteindre des consommations de l'ordre de 2 litres/passager/100 km (contre 3 litres actuellement pour les derniers-nés), avec de nouveaux matériaux composites, davantage de systèmes électriques et des moteurs plus performants. Snecma (groupe Safran) travaille ainsi sur un système de propulsion appelé Open Rotor, entre le réacteur et l'hélice, qui devrait permettre de réduire la consommation de 10 % par rapport au LEAP (Leading Edge Aviation Propulsion), le dernier cri des moteurs conventionnels. Mais pour aller plus loin, « il faut penser différemment », explique Boeing. Par exemple, avec un nouveau type d'aile, plus longue et repliable, ou des appareils en forme d'aile volante qui offre une portance plus élevée et une traînée aérodynamique réduite.

Les ingénieurs imaginent aussi d'autres types de propulsion. Airbus a présenté l'an dernier l'E-Fan, un biplace électrique prévu pour 2017 qui doit lui permettre de développer un avion régional de 100 places avant 2040. Le constructeur a aussi imaginé le ZEHST (Zero Emission Hyper Sonic Transportation), un avion supersonique qui décollera avec des moteurs classiques alimentés par des biocarburants à base d'algues puis mettra en marche des moteurs fonctionnant à l'hydrogène et à l'oxygène. D'une capacité de 50 à 100 personnes, il pourrait relier Paris à Tokyo en 2h30 d'ici 2050. Les constructeurs travaillent, enfin, sur les procédures de vol. Airbus, dans son projet Smarter Skies, imagine des avions qui décollent grâce à une sorte de catapulte et des appareils volant en formation pour jouer sur l'effet d'aspiration. Des prouesses technologiques qui nécessiteront des dizaines de milliards d'euros d'investissement.

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique