Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’APST veut statuer sur NDS Voyages

L’association a convoqué le TO aujourd’hui pour obtenir des éclaircissements sur sa situation financière. Selon une source bien informée, NDS Voyages serait déjà en cessation de paiements, et le sinistre pourrait coûter 2 millions d’euros à l’APST.

Le cas NDS Voyages commence à inquiéter l’APST. "Nous n’avons pas la moindre information de la part de l’entreprise, indique Raoul Nabet, le président de l’association. Nous l’avons donc convoquée pour un examen de situation ce mercredi [aujourd’hui, ndlr]".

Alors que l’activité de NDS est à l’arrêt depuis le 15 septembre, date de l’immobilisation, dans le port de Marseille, du Princess Danaé qu’elle affrète auprès de la compagnie Classic International Cruises (qui est aussi sa maison mère), le TO est aux abonnés absents.

Selon une source bien informée, "le PDG de Classic International Cruises aurait déclaré la cessation de paiements de NDS il y a une semaine, et la liquidation semble inévitable. Les clients en direct seront remboursés par l’APST, mais cela va coûter environ 2 millions d’euros à l’association". Soit, potentiellement, le plus grave sinistre de l'histoire de l'association, devant la faillite de Marsans en 2010.

Raoul Nabet assure pourtant n’avoir reçu "aucune déclaration de ce type", et reste sceptique sur les montants évoqués. "Ce que je sais, c’est que NDS nous a déclaré réaliser la majorité de ses ventes via les réseaux de distribution".

Le Princess Danaé sert de contre-garantie

Reste qu’en cas de sinistre, l’APST pourrait avoir du mal à utiliser les contre-garanties de NDS Voyages, puisque c’est le Princess Danaé lui-même qui a été pris en contre-garantie, chose qu'accepte très rarement l'association. "Il va leur être difficile de récupérer l’argent, croit savoir un connaisseur du dossier, car ce bateau est couvert de dettes et que plusieurs créanciers ont engagé des procédures".

Dans tous les cas, Raoul Nabet promet que l’APST est en mesure de supporter le choc. "Nous avons 8 millions d’euros de fonds propres, 15 millions de valeur immobilière et une assurance", rassure-t-il.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique