Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Identité nationale

C’est toujours étrange d’entendre de la part d’un gouvernement que le développement du secteur touristique est une priorité, quand le projet de loi de Finances 2010, actuellement en débat au Parlement, lui alloue un budget amputé de quelques millions par rapport à l’an dernier. Atout France subit le même régime, alors qu’il est censé, en plus de ses occupations habituelles, s’occuper du vôtre, de régime.« Les nouvelles missions vont en fait peser moins que prévu », vole au secours un Christian Mantei (DG d’Atout France) qui n’a toutefois pas masqué sa déception lors de son audition devant le rapporteur spécial de la commission des Finances.

« Il s’est passé beaucoup de chose depuis », explique-t-il. Entre autres qu’Atout France va jouer les consultants de l’État quand ce dernier aura besoin d’assistance technique ou d’actions de promotion supplémentaires, histoire d’arrondir les fins de mois. Autre victime collatérale, le site Franceguide.com vit ses derniers clics. En mars 2010, il aura disparu. Comptablement, c’est plutôt justifié, puisqu’il coûtait plus de 400 000 euros par an au contribuable. Politiquement, c’est l’aveu que, non, décidément, on aura beau s’agiter, rendre visible, cohérente et compétitive une offre France hétérogène et éparpillée relèvede l’impossible.

Sur le même sujet

« Nous allons faire autre chose »,promet Christian Mantei. Mais peut-on croire de nouveau à cette France packagée et commercialisable, après les échecs de Resin France et maintenant de Franceguide ? Les TO, à qui on a répété sans cesse que la France est la Terre promise de la croissance depuis que le pouvoir d’achat est tombé au champ d’honneur, y croient-ils davantage? Look Voyages, l’un des premiers généralistes à avoir tenté le coup en Camargue,a décidé d’arrêter les frais. Pour les suivants, c’est vraiment le moment de réfléchir à ce marché hexagonal, qui cumule la palme de la fréquentation et le bonnet d’âne de la commercialisation. Voilà au moins une valeur typiquement française.

Cédric NEAU
Rédacteur en chef adjoint

Réagir à cet article