Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Homelidays, un site (pour le) particulier

Homelidays.com se développe comme média en ligne de petites annonces en matière de locations saisonnières.

 

C’est en mai 2001 que Florent Mamelle crée la première version de Homelidays.com, pour mettre en relation propriétaires et vacanciers. Ce portail réunit environ 43 000 annonces de location dans 100 pays, déposées par des particuliers. Villas, chambres d’hôtes, appartements se partagent la vedette. Les internautes effectuent leurs recherches à travers un puissant moteur multi critères. Résultat : 400 000 réservations en 2008, dont une bonne partie de l’étranger. « 1,6 million de personnes sont parties via notre site l’an dernier », estime Florent Mamelle (qui reste l’actionnaire majoritaire). La France arrive en tête de peloton des annonces, devant l’Italie, l’Espagne et le Portugal.

Concurrent direct d’Abritel.fr, le site affiche un chiffre d’affaires de 5,8 millions d’euros. « Nous sommes bénéficiaires depuis 2003 », assure-t-il, sans plus de précisions. Ses recettes proviennent des abonnements payés par les propriétaires (199€ pour 12 mois, 169€ pour 8 mois, 119€ pour 4 mois). Au propriétaire le soin d’actualiser ses descriptifs, tarifs, disponibilités via un accès réservé, et de fournir aux consommateurs ses propres contrats.

Avec la crise, Homelidays reste confiant. Les annonces se multiplient. « Nous avons enregistré une légère augmentation des demandes en janvier », ajoute Florent Mamelle qui vise 8M€ en 2009.

L’entreprise a ouvert ses portes aux agences immobilières et aux TO comme Interhome, Cuendet, TravelHorizon. Objectif : créer, en 2006, Villanao.fr, lequel agrège 100 000 offres de location de vacances. Des agences en ligne ont pu s’intéresser à ce riche contenu, dans le but de développer un onglet « locations de vacances ». Mais Homelidays se refusant de réclamer comme de reverser des commissions, les discussions n’ont jamais abouti. En revanche, elles ont conduit à un accord avec des portails en quête de contenu complémentaire, comme Lemonde.fr.

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire